Disp POPIN non abonne!
Croisières et Voyages

Reportage

Dans les Caraïbes à bord du paquebot Millennium

Croisières et Voyages

Nous partons aujourd'hui à la découverte du Millennium, l'un des fleurons de la compagnie Celebrity Cruises, filiale haut de gamme du groupe Royal Carribean. Livré par les Chantiers de l'Atlantique il y a sept ans, le paquebot navigue de l'extrême Nord au Pacifique, en passant par la Méditerranée. Durant l'hiver, Millennium est opéré dans les Caraïbes au départ de Fort Lauderdale, en Floride. C'est au cours de l'une de ces croisières d'une semaine que Fabien Morel a découvert cet étonnant bateau. Reportage...
_____________________________________________

Lors de notre première visite à Saint-Nazaire, au printemps 2000, la construction d'une série de paquebots identiques pour le compte de la Renaissance Cruises bat son plein aux Chantiers de l'Atlantique. Et au milieu de ceux-là, un paquebot en cours de finition se démarque : immense coque bleue nuit élégamment entrecoupée de trois fines bandes jaunes et blanches ; superstructures blanches laissant la part belle au verre ; le tout surmonté d'une cheminée bleue nuit à pointe rouge portant l'emblème de la compagnie, un immense X blanc bordé de jaune. Quelques années plus tard, nous allions quitter l'hiver parisien pour croiser sous le soleil des Caraïbes à bord de ce navire.
Son nom : Millennium, sa compagnie : Celebrity Cruises. Filiale haut de gamme fondée en 1989 par la célèbre Chandris (le X ornant les cheminées de ses navires est la lettre grecque pour le Ch de Chandris), elle a été rachetée en 1997 par la Royal Caribbean International, tout en gardant sa classe premium.

Le Millennium, livré en juin 2000, est le prototype d'une série de quatre paquebots. Suivront les Infinity et Summit en 2001 puis le Constellation en 2002.
D'une jauge de plus de 90.000 tonneaux, long de 294.1 mètres et large de 32.2, son tirant d'eau atteint 8.2 mètres. 12 ponts sur les 14 sont réservés aux cabines à passagers et lieux de vie, totalisant 62.000 m². Les 1 950 passagers (2 450 maximum) disposent de 975 cabines de 18 catégories différentes, allant de la cabine intérieure classique à la suite Penthouse de 135m² avec une terrasse presque aussi grande ! Toutes sont équipées d'un accès à Internet, une première lors de sa livraison à bord d'un paquebot de la compagnie. Au total, sur les 780 cabines extérieures, 586 possèdent balcons ou terrasses. Le bien-être des voyageurs est assuré par un équipage de près de 1000 personnes.
Plus gros paquebot jamais bâti en France à cette époque, sa construction aura durée 27 mois pour un coût de 350 millions de dollars US.

Un concentré d'innovations

Nous le verrons tout au long de cet article, le Millennium a fait l'objet d'un grand nombre d'innovation du côté technique, mais aussi sur les aménagements offerts à l'étonnement et la curiosité des passagers.
La nouveauté la plus originale, et aussi la moins visible, consiste en son moyen de production d'énergie et de propulsion : en effet, le Millennium est équipé d'un système de production d'énergie par cycle combiné. Dérivé des réacteurs aériens et déjà testé dans la marine militaire américaine, il s'agit d'associer une turbine à gaz dont les gaz de combustion chauds sont récupérés pour alimenter une turbine à vapeur. Plus propre, les turbines à gaz diminuent de près de 90% les rejets toxiques dans l'air. Outre un gain de productivité, elles sont plus légères que les moteurs diesels, offrant ainsi un gain de poids de 900 tonnes. Plus compactes aussi, elles diminuent le volume du compartiment des machines permettant plusieurs dizaines de cabines à passagers et équipages supplémentaires.

De type électrique, la propulsion est assez révolutionnaire pour l'époque, et s'est largement répandue depuis. Utilisé pour la première fois dans l'industrie de la croisière en 1998 lors de la mise en service du Elation de Carnival Cruise Line, il s'agit de deux pods azimutables orientables à 360°, équipés d'hélices à pales fixes. Chaque pod pèse près de 170 tonnes, et est constitué d'une nacelle située à l'arrière du navire qui comprend un moteur électrique entraînant directement l'hélice. Ce système permet la suppression des lignes d'arbres, du gouvernail et des propulseurs transversaux arrière. L'ensemble offre un meilleur rendement à l'appareil propulsif qui procure une vitesse de 24 noeuds, et améliore très sensiblement la manoeuvrabilité du navire tout en réduisant le niveau de bruit et les vibrations. Nous verrons plus loin que ces innovations ont connues par la suite quelques problèmes de jeunesse !

A la découverte du géant

Notre première surprise à notre arrivée à Fort Lauderdale a été de voir le paquebot arborant une nouvelle livrée, identique à celle des paquebots précédemment construits pour la compagnie, à savoir une coque bleue nuit avec une large bande blanche incurvée vers l'étrave. Exit aussi les touches de couleurs jaune et rouge sur la cheminée, le blanc ayant tout remplacé. Même si nous trouvions les couleurs antérieures vraiment originales, celles-ci lui donnent un côté plus racé, en accord avec la décoration intérieure.

Les formalités d'embarquement assez rapidement faites compte tenu du nombre de personnes à accueillir, nous prenons possession de notre cabine à bâbord du pont Sky. Il s'agit d'une cabine Concierge Class de 18m², joliment décorée dans les tons hêtre clair et bleu/gris, avec de nombreux rangements, un confortable lit King-size, un espace salon avec sofa convertible, fauteuil, mini bar et télé au-dessus d'un grand bureau/coiffeuse. Sur la table basse du salon, à côté d'un bouquet de fleurs fraîches, nous attend une bouteille de champagne et des canapés en guise de bienvenue (quotidiennement, un panier de fruit nous sera offert). La salle de bain comprend des peignoirs et des produits de bain exclusifs. Côté salon, une large baie vitrée coulissante mène à un grand balcon de 4m² avec chaises et table basse.

Après l'exercice de sauvetage d'usage, nous nous installons sur notre balcon, une coupe de champagne à la main, en attendant que retentisse la sirène du Millennium annonçant le départ vers les escales rêvées depuis des mois : La Romana en République Dominicaine, San Juan à Puerto Rico, St Thomas aux Iles Vierges américaines et Nassau au Bahamas, en plus de deux journées pleines en mer pour profiter au maximum des installations (et des transats !) du navire. Après l'appareillage, il était temps pour nous de faire la visite du navire.

Coeur social du navire, le Grand Foyer

Premier endroit que l'on voit à bord en embarquant, le superbe Grand Foyer, l'atrium reliant les ponts Plaza, Promenade et Entertainment où se trouvent la plupart des lieux de vie intérieurs. Ici, rien de clinquant comme dans certains autres navires de croisières, le chic raffiné prédomine dans une ambiance douce et tamisée. Du rez-de-chaussée en marbre où se trouve la réception et le bureau des excursions part un bel escalier droit en onyx translucide habillement éclairé par le dessous et encadré par de magnifiques colonnes de bois sombre entre lesquelles se dressent des tentures de soie écrues. Qu'on se trouve en haut ou en bas, la perspective est splendide. A bâbord du Grand Foyer, on trouve une autre innovation du Millennium : les ascenseurs panoramiques, au nombre de quatre. 10 ponts passagers sont reliés par ces ascenseurs de verre dont 8 avec une vue imprenable sur la mer grâce à des baies vitrés à flanc de superstructures. Sensations garanties par grosse mer !

Trois restaurants et un voyage dans le temps

Depuis sa création et jusqu'au début de cette année 2007, Celebrity Cruises s'est associée au chef français Michel Roux (3* au guide Michelin). C'est lui qui a supervisé l'agencement des cuisines de bord, la formation du personnel, l'élaboration des plats et menus mais aussi du service de toute la flotte. Cette alliance a permit à la compagnie de se construire une réputation méritée parmi les croisiéristes.
Le Millennium propose trois choix de restaurations différentes à bord : une vaste salle à manger, un buffet en libre service et un exceptionnel restaurant à la carte.
L'impressionnant restaurant Metropolitan, pouvant accueillir 1 250 passagers en même temps, se trouve à l'arrière des ponts Promenade et Entertainment, et offre une très belle vue sur les remous du navire grâce à une immense fenêtre panoramique dans la poupe. Un plaisant escalier double incurvé relie le second niveau qui a la forme d'un fer à cheval. Au coeur de cet escalier, une scène permet aux clients de déguster les 5 plats du menu au doux son d'un piano. De belles colonnes de bois sombre cerclées de métal soutiennent un spectaculaire plafond de verre aux couleurs changeantes. La décoration est très contemporaine : moquette bleue foncée et rouge, fauteuils beiges et rouge brillant. Notre table, au centre de la salle basse, était idéalement située pour pouvoir tout observer. A la nuit tombée, la fenêtre panoramique est cachée par un écran pouvant offrir plusieurs toiles de fond différentes (scènes architecturales, instruments de musique, etc.).

Pour ceux qui préfèrent plus de liberté dans les horaires et dans le choix, le paquebot dispose d'un restaurant-buffet, l'Ocean Grill & Café, sur le pont Resort. Immense salle pouvant recevoir 750 personnes, elle comprend aussi une partie extérieure avec vue sur les piscines, et la mer bien sûr. Décorée à la manière d'un café de plein air portugais, des mosaïques peintes à la main reprennent des motifs méditerranéens. L'espace y est large et comporte de nombreuses espaces des services, évitant ainsi les longues files d'attente. Plusieurs stations proposent des mets pour tout les goûts : pâtes, pizzas maisons, grill, hamburgers, sushi ou omelettes. On y trouve aussi des glaces, on peut y prendre le thé l'après-midi et l'endroit sert aussi parfois au traditionnel buffet de minuit. L'originalité première de l'Ocean Grill & Café consiste en des avancées vitrées dans les superstructures à tribord et bâbord. Ces corniches disposent d'immenses hublots au sol, permettant ainsi de surplomber directement la mer et de se rendre compte à quel point le Millennium est haut !

L'expérience culinaire ultime, moyennant une surcharge de 25 dollars par personne, est un dîner au restaurant The Olympic à côté de l'atrium pont Plaza. Ce lieu, d'une capacité de 134 places, tire son nom d'un paquebot anglais, sistership du fameux Titanic, qui a fait une brillante carrière pour le compte de la White Star Line de 1911 à 1935. L'entrée de ce restaurant sert de mini-musée présentant nombres d'objets d'origine, notamment la cloche de bord, des photos, et un écran de télé diffuse des prises de vues d'époque. Une double porte mène dans une première salle dont la décoration murale intègre plus de 50 mètres de magnifiques panneaux en noyer et dorures style Louis XVI qui ornaient le restaurant à la carte des passagers de première classe de l'Olympic. Démontés lors de sa démolition, ils furent utilisés pour décorer une riche demeure anglaise avant d'être rachetés aux enchères par Celebrity en 1998. Tenue très correcte de rigueur, on imagine très bien la haute bourgeoisie anglo-saxonne du début du 20è siècle déambuler parmi les tables en robe de soirée ou queue-de-pie et chapeau haut-de-forme. Une seconde salle, plus grande, dénote un peu avec ses panneaux pastel, mais conserve le style grâce à du mobilier de facture française. C'est dans cette partie qu'une baie vitrée permet de voir le ballet des cuisiniers concocter les plats avant que les serveurs ne finissent de les préparer devant nos yeux. Très stylés et bien entraînés, ils sont passés maîtres dans l'art du découpage et du flambage. Pour arroser le tout, l'endroit dispose d'une cave à vin riche de milliers de bouteilles, dont certaines peuvent atteindre plus de 10 000 dollars ! Les trois autres paquebots de la classe possèdent aussi leur restaurant-musée des liners d'autrefois : le United States sur le Infinity (miroirs de la salle de bal des premières classes), le Normandie à bord du Summit (panneaux laqués du fumoir et statue de bronze de l'escalier menant au grill) et le Ile-de-France sur le Constellation (décoration Art Deco reprenant le célèbre navire de la French Line)

Impossible de s'ennuyer à bord

Le Millennium propose une multitude de salons, de bars et d'activités permettant de passer de bons moments, seul ou à plusieurs.
La salle de spectacles, Celebrity Theatre, est la plus grande pièce à bord. Située à l'avant des ponts Plaza, Promenade et Entertainment, elle dispose de 2 balcons et contient 900 places disposés de manière circulaire devant la scène. Sobrement éclairée par des torches nichées dans des alcôves faisant comme des petites cheminées, presque aucun pilier ne vient obstruer la vue sur les shows présentés par la troupe de la compagnie ou par les professionnels invités. Au cours de notre croisière, nous avons pu assister à des représentations style Broadway, de la danse aérienne, des reprises de grands standards internationaux et des comédies. Récemment, la compagnie s'est associée avec le fameux Cirque du Soleil pour proposer des spectacles encore plus magiques et innovants.

Pour ceux qui aiment rêvasser devant l'horizon, il faut faire un tour au salon Cosmos à l'avant du pont Sunrise. Véritable observatoire de 400 places qui offre une vue à 270° sur la mer grâce à ses baies vitrées de 4 mètres de haut, il devient le soir venu un cabaret avant de laisser place à une discothèque. C'est dans cette configuration qu'il révèle toute sa splendeur. Les jeux de lumières sont fabuleux : des centaines de diodes aux couleurs changeantes illuminent une demi-mappemonde située au-dessus d'un bar circulaire en bois, acier et verre luminescent, et une sculpture mobile de 148 oiseaux lumineux bougent en rythme avec le navire et donnent l'impression d'une envolée. Une verrière permet aux danseurs de se trémousser sous les étoiles sur une grande piste en acier.

Autre endroit très agréable le soir, le Platinum Club situé au pont Entertainment. Comprenant un Champagne Bar et un Martini Bar, on peut aussi y déguster du caviar. Ambiance un peu baroque grâce à ses tons platine et prune et au grand lustre à pampilles de verre qui ornent la salle. Une large ouverture circulaire donne sur le salon Rendez-Vous, juste au-dessous sur le pont Promenade. Faisant office de cabaret, l'ambiance y est très joyeuse, notamment par sa décoration aux couleurs vives très années 60/70.
Pour les amateurs de vrais espressos italiens, le Cova Café Milano sur le pont Entertainment est incontournable. Reproduisant le décor du célèbre café construit au milieu du 18è siècle près de La Scala, on peut s'y régaler de pâtisseries dans un climat feutré avec vue sur la mer ou sur le Grand Foyer. Si vous préférez le confort intemporel des club anglais, rendez-vous au Michael's Club sur le pont Promenade. Vous pourrez y fumer un cigare accompagné d'un grand cognac ! Pour ceux qui recherchent la tranquillité, plusieurs endroits y sont dédiés. Words, la bibliothèque sur deux niveaux, proposent des livres dans plusieurs langues. Ou alors Notes, la première bibliothèque musicale à bord d'un navire. De deux étages aussi, des stations permettent d'écouter des milliers de chansons numérisées de tous les styles. Les gens qui affectionnent les jeux de cartes ou de société se rendront dans la salle Cards. Dernier lieu dédié à la sérénité, le Conservatory. La Celebrity a demandé au français Emilio Robba, designer et créateur en art floral, de mettre en valeur cet espace haut de deux ponts. En résulte une cascade de nature : arbres, plantes, fleurs et fontaines forment un décor magnifique. On peut juste regarder ou prendre des leçons d'arrangements floraux.
Le Millennium est aussi équipé d'une salle de cinéma de 260 places. Pour ceux qui veulent communiquer avec leur proche ou avec le reste du monde, l'Online@CelebrityCruises dispose de 19 accès Internet.

Les dépensiers n'ont pas été oubliés. De style antique avec ses statues romaines et ses colonnes à chapiteaux, le casino Fortunes sur le pont Promenade offre plus de 200 machines à sous et 14 tables de jeux. Une vaste zone commerciale, The Emporium, comprend plus d'une dizaine de magasins de modes, accessoires, bijoux, souvenirs, parfums, etc. Les amateurs d'art apprécieront la salle de vente aux enchères, autre originalité, qui proposent quantités d'oeuvres originales ou non pour tous les goûts.

Ceux qui prennent soin de leur corps ne sont pas en reste. L'Aquaspa sur le pont Resort est un immense complexe de 2 300 m² dédié au bien-être. La partie située directement à l'avant du navire offre un centre de remise en forme équipé d'appareils de cardiotraining ultramodernes et 13 cabines de soins corporels donnant sur la mer. Plus en arrière, une piscine de thalasso sous verrière avec 2 jacuzzis et un espace de restauration diététique. Au-dessus, sur le pont Sunrise, une zone avec simulateur de golf, piste de jogging, tennis de table et terrain de basket ou volley. Au même endroit, les sportifs du dimanche adoreront le décor flashy du bar Extreme et ses retransmissions sportives sur grands écrans.

Les enfants de tous âges sont pris en charge par un personnel spécialisé et compétent et ont a leur disposition l'arrière du pont Sunrise. C'est ici que se trouve le Ship Mates Fun Factory : un univers ludique avec piscine, cinéma, jeux vidéos, etc.
Enfin, pour se rafraîchir sous le soleil des Caraïbes, le Millennium est équipé de 2 grandes piscines extérieures et 4 jacuzzis au milieu du pont Resort. Un côté est équipé d'une cascade qui retombe sur des roches de verre, très original ! Des transats à profusion sont à disposition pour se reposer après une nage à contre-courant, un cocktail multicolore à la main, pris au bar adjacent.

A la découverte des Caraïbes

Les îles des Caraïbes ne sont pas des destinations culturelles comme peuvent être les escales en Méditerranée, et leur visite ne nécessite donc pas d'être pris en charge par la compagnie ou des guides locaux. C'est pourquoi nous n'avons pas acheté d'excursions à bord (en général relativement chères sur les paquebots de croisières). Chaque soir, le Millennium Daily, le journal de bord, est distribué dans les cabines. Il présente l'escale du lendemain avec ses points d'intérêts et le programme des excursions. C'est bien suffisant pour se faire une idée des choses à voir, et pour se déplacer, les taxis locaux sont bon marché, quand des navettes gratuites ne sont pas mises à disposition des croisiéristes. A La Romana, nous avons commencé par un petit tour à La Marina, une petite ville moderne agrémentée d'un port à yachts. Sans grande importance sauf pour ceux qui veulent faire du shopping dans les boutiques de luxe. Nous avons continué en visitant Altos de Chavón, amusant village médiéval espagnol qui abrite une colonie d'artistes et d'artisans. Entièrement construit avec des pavés ronds, il abrite un théâtre de plein air de 5 000 places. Construit au sommet d'une falaise escarpée, il offre une belle vue sur la rivière Rio Chavón en contrebas et sur l'horizon.

L'escale à San Juan fut un régal ! La vieille ville est un vrai plaisir pour les yeux. Les bâtiments, dont certains datent du 16è siècle, sont superbement restaurés. Les maisons aux façades pastel vieilles de 200 ans donnent sur des rues pavées, musées, galeries d'art, petites places et cafés. Pour avoir une vue panoramique de la côte et du large, il faut se rendre à El Morro Castle ou à la forteresse San Cristobal, construits à fleur d'eau en 1539 et 1634 pour résister aux invasions hollandaises et anglaises. Les sites historiques de la ville sont classés au patrimoine mondial depuis 1983.

L'arrivée par la mer à St Thomas est une expérience particulièrement inoubliable. Le paquebot se présente au matin devant la capitale, Charlotte Amalie, niché au creux d'une immense baie dominée par des collines à la végétation luxuriante et parsemées de grandes maisons coloniales blanches aux toits rouges. La lumière du soleil levant ajoute une note romantique à ce tableau de carte postale. Influencée par 400 ans de présence tour à tour espagnole, anglaise, française, hollandaise, danoise et finalement américaine, ce mélange de culture se retrouve partout, dans les noms des rues, des bâtiments, des plages, mais aussi dans l'accent des habitants. Paradis du shopping, les boutiques sont alignées par centaines. Bijoux, vêtements de marque, parfums, porcelaine, tabac, spiritueux, électronique, on trouve tout ! Nous avons préféré la tranquillité de Magens Bay au nord de l'île. C'est une immense plage de sable fin bordée de cocotiers située dans une très belle anse. Très peu fréquentée ce jour-là, c'est l'endroit idéal pour se baigner dans l'eau turquoise !

Moins mémorable, notre arrivée aux Bahamas sous le crachin ! Refoulant un peu notre déception, nous nous sommes rendus à l'hôtel Atlantis sur Paradise Island. Vertigineux, tel est le mot qui vient de suite à l'esprit en voyant ce complexe hôtelier né de l'imagination d'un homme d'affaire sud-africain au début des années 90. Pour se rendre compte de l'immensité du lieu, 6 000 bahaméens y travaillent ! Basé sur le mythe de l'Atlantide, l'architecture et la décoration sont saisissantes de détails et de réalisme. Les gigantesques jardins fleuris sont agrémentés de lagons, marinas, bassins et piscines aux formes de rêve. A ne surtout pas manquer, l'aquarium de l'hôtel, véritable reproduction d'une cité engloutie. Hors norme de par sa taille (plus de 10 200 000 litres d'eau), 50 000 poissons offrent leur spectacle à travers les parois et tunnels de verre. Pour nos remettre de ces émotions, un peu de shopping dans Bay Street, artère commerçante principale de Nassau, avant de rentrer à bord du Millennium pour la dernière soirée de cette remarquable croisière.

Défauts de jeunesse et modernisations

Dès le début de sa carrière, le Millennium, mais aussi ses sisterships, a été victime de problèmes de pannes et de vibrations causés par son système de propulsion. En novembre 2000, il est mis en cale sèche aux Etats-Unis un mois durant pour être équipé de sortes de tampons sous la poupe pour remédier à des secousses ressenties à petite vitesse par mer calme. Au printemps 2001, le moteur électrique d'un pod est réparé car sous-performant. En juillet 2003, l'unité de propulsion bâbord est endommagée et doit être réparée à Marseille. Ses différents arrêts techniques ont amené, en août 2003, la Royal Caribbean, société mère de la Celebrity, à mener une action judiciaire contre Alstom Power Conversion et Rolls-Royce, impliquées toutes deux dans la fabrication des pods. L'armateur demandait des dommages et intérêts à hauteur de 300 millions de dollars. Mais début 2006, un accord est trouvé : Alstom verse 38 millions de dollars en échange de l'abandon des poursuites. Cet accord ne concerne pas le litige contre Rolls-Royce. Bonne nouvelle pour le constructeur français, qui avait perdu ce client phare depuis la livraison du Constellation en 2002.

Autre bonne nouvelle pour l'industrie française, un ambitieux projet de remotorisation des navires de la classe a été obtenu par le repreneur des Chantiers de l'Atlantique, Aker yards, et réalisé en 2007 par la société Sobrena, à Brest. Le Millennium fut le premier à arriver dans le chantier en avril dernier. La coque est découpée pour recevoir un nouveau bloc de 16 mètres par 8 et pesant 300 tonnes construit par Aker Yards Lorient. Ce morceau contient un moteur diesel Wärtsilä d'une puissance de 11.5 MW et doit permettre une réduction de la consommation du navire en limitant le recours aux turbines à gaz très gourmandes en énergie. Pour un prix total de 144 millions de dollars, cette opération devrait faire économiser à la compagnie 6 millions de dollars par an et par navire en coût de carburant. En mai, le Constellation a subi le même traitement. Les deux autres sisterships mais aussi les quatre de la classe Radiance de la RCCL y sont attendus jusqu'à l'automne 2008.

Un reportage de Fabien Morel
 

Royal Caribbean