Défense
Davie va participer au MCO des frégates canadiennes

Actualité

Davie va participer au MCO des frégates canadiennes

Défense

Le chantier de Lévis, au Québec, va participer au marché d’entretien et de modernisation des 12 frégates canadiennes du type City jusqu’à leur fin de vie, prévue pour les dernières en 2035. Un marché global à 7 milliards de dollars canadiens qui sera réparti entre Davie et Irving à Halifax pour les 7 bâtiments basés en Atlantique, ainsi que Seaspan à Victoria pour les cinq stationnés dans le Pacifique.

Présenté comme le plus important contrat remporté jusqu’ici par Davie auprès du gouvernement fédéral, ce marché est crucial pour le chantier de Lévis, qui manque cruellement de charge depuis des mois. L’entreprise ne compte plus qu’une centaine de salariés actifs, contre 1100 il y a un an. Cependant, la charge de travail apportée par le maintien en condition opérationnelle des actuelles frégates canadiennes ne débutera qu’en 2021. D’ici là, Davie va devoir transformer trois anciens brise-glaces norvégiens pour la garde-côtière canadienne. Les navires sont arrivés cet été à Québec mais les travaux, qui devraient durer deux ans, n’ont pas encore commencé. Ce projet, connu sous le nom de Resolute, ne permettra toutefois pas au chantier de recouvrer une pleine charge. D’où la volonté de Davie et des élus locaux de voir Ottawa commander un second bâtiment logistique au chantier, sur le modèle de l’Asterix, un ancien porte-conteneurs transformé en ravitailleur et livré en 2017 à la marine canadienne. Il s’agissait du projet Resolve, pour lequel Davie propose désormais la conversion d’un autre porte-conteneurs de cette série, l’Obelix. En dehors du marché national, Davie cherche également à décrocher des contrats à l'export. 

 

Marine et garde-côtière canadiennes