Défense
DCN : Comité d'entreprise sur fond de tensions sociales

Actualité

DCN : Comité d'entreprise sur fond de tensions sociales

Défense

C’est un comité central d’entreprise houleux qui s’annonce aujourd’hui à DCN. Très remontés contre les importants retards constatés sur les deux principaux programmes de la marine, les frégates multimissions et les sous-marins nucléaires Barracuda, les syndicats souhaitent savoir comment la direction va gérer le creux de charge prévisible à partir de 2006. Ils annoncent d'ailleurs une journée d'action nationale début octobre, probablement le 4. Pour faire suite à notre article d’hier, la CFDT nous a donné quelques précisions sur les répercussions attendues à Lorient, où travaillent 2000 salariés, sans compter la sous-traitance. C'est là que seront assemblées les futures frégates. « Le problème, ce n’est pas la signature du contrat pour les FREMM qui va intervenir dans les prochains jours ou prochaines semaines, mais la durée de mise en route de ce programme », explique Gilles Lanio, responsable du syndicat sur l’établissement lorientais. « Officiellement, la mise sur cale de la première frégate est toujours prévue en janvier 2007 mais on sait déjà qu’elle sera repoussée d’au moins six mois. La situation devient donc très inquiétante car de nombreux secteurs de l’établissement vont se retrouver en sous charge ». Selon la CFDT, la situation deviendra critique pour certains métiers dès le début de l’hiver mais la période la plus difficile est attendue l’année prochaine. Chiffres à l’appui, Gilles Lanio explique que « Les électriciens seront particulièrement touchés, de même que l’atelier coque. Pour ce dernier, on constatera un pic de sous activité entre le 3ème trimestre 2006 et début 2007, période pendant laquelle seuls 20% des personnels auront du travail ». En attendant les financements promis par l’Etat, DCN n’a d’autre choix que de faire tourner au ralenti certaines équipes travaillant autour des nouveaux programmes.

« Alerter l'opinion publique et les politiques »

Ainsi, selon les syndicats, les bureaux d’études de Lorient auraient commencé dès cet été à sentir la baisse d’activité. « Elle devrait décroître progressivement pour ne laisser du travail qu’à la moitié des personnels, avant de retrouver une activité normale au second semestre 2007. Notre grande question est donc de savoir quelles seront les conséquences sociales pour les salariés et les sous-traitants ».Cette semaine, les différents syndicats, dont la CFDT, sont donc montés aux créneaux pour « alerter l'opinion et les politiques afin que l'Etat respecte ses engagements de 2003 », souligne Jean-Michel Janeau, secrétaire général de l'UNSA DCN. Au moment du changement de statut des anciens arsenaux, le gouvernement s’était engagé à assurer un plan de charge à DCN jusqu’en 2009. C’était sans compter avec les habituels aléas budgétaires qui ont lissé dans le temps les programmes (près de deux ans pour FREMM, sans doute un an pour Barracuda).

Signature imminente du contrat des FREMM

La direction du groupe, de son côté, n’a pas ménagé ses efforts pour rappeler aux dirigeants politiques l’importance de ces contrats. « Des programmes absolument cruciaux » a répété à maintes reprises Jean-Marie Poimboeuf, président de DCN. Reste que la direction n’est pas dans une situation très confortable, sans doute tiraillée entre son brûlant désir de rappeler ses promesses au gouvernement, et sa stratégie d’intégration dans le secteur concurrentiel. Entre son rapprochement avec le groupe d’électronique de défense Thales et sa volonté de se faire une place de leader dans le projet de futur EADS naval, DCN doit ménager le marché pour donner une image d’entreprise conquérante et en bonne santé. Un vrai jeu d’équilibriste. Même si elle ne résout pas le problème du creux de charge des prochains mois, la signature du contrat pour les huit premières FREMM donnera en tous cas une bouffée d’oxygène. Selon nos informations, les négociations se sont accélérées ces derniers jours. L’annonce officielle devrait être faite le 4 octobre mais on parle aussi d’une communication beaucoup plus imminente. Peut être même cette semaine, « si tout va bien ». L’entreprise devra ensuite se battre pour conquérir les neuf frégates suivantes et surtout, les six sous-marins nucléaires du type Barracuda ,qui devaient être commandés cette année.

Naval Group | Actualité industrie navale de défense