Défense
DCNS : 300 postes supprimés cette année et des indemnités de départs volontaires en vue

Actualité

DCNS : 300 postes supprimés cette année et des indemnités de départs volontaires en vue

Défense

Le groupe naval de Défense a annoncé la suppression de 300 postes en 2008. Les départs naturels, c'est-à-dire les départs en retraite mais aussi les cessations d'activité dans le cadre du plan amiante, ne seront pas tous remplacés. « Il n'y aura pas de plan social mais des ajustements réalisés en profitant des départs naturels. Nous prévoyons 300 personnels en moins en 2008 », a confirmé Jean-Marie Poimboeuf, président de DCNS. L'entreprise, qui continue de recruter, notamment dans le secteur de la production, connait de nombreux mouvements de personnel. Ainsi, l'an dernier, 1700 entrées et départs ont été enregistrés. Le groupe, s'il s'est lancé dans un ambitieux plan de formation et d'apprentissage pour assurer le maintien des savoir-faire, compte réduire la voilure dans les « secteurs transverses », c'est-à-dire qui ne touchent pas directement à l'ingénierie ou la construction. De sources syndicales, non confirmées par la direction, plus de 900 départs ne devraient pas être remplacés d'ici 2010. Depuis deux ans, une importante décrue est constatée puisqu'en 2006, DCN, Armaris et les activités françaises rachetées à Thales représentaient quelques 13.300 employés. Ils ne seraient déjà plus, à ce jour, que 12.800. Le groupe fait, néanmoins, très attention à ne pas laisser partir certaines compétences stratégiques. « La production reste une priorité », souligne Bernard Planchais, directeur général délégué. Or, les ouvriers d'état, qui représentent la moitié des effectifs, pourraient bénéficier des indemnités de départ volontaire (IDV) actuellement envisagées par le ministère de la Défense dans le cadre d'une compression de sa masse salariale. Ces IDV pourraient s'élever, selon certaines sources du ministère, à plus de 91.000 euros avec une dégressivité à partir de 25 ans de carrière. Le plancher bas aurait été fixé à 41.000 euros. Les ouvriers d'état pourraient, également, bénéficier d'indemnités de mobilité, dont le montant maximal atteindrait 43.000 euros.

IDV : Eviter une fuite massive des ouvriers d'état

Interrogé sur ces éventuelles IDV par la rédaction de Mer et Marine, Jean-Marie Poimboeuf ne se montre pas, dans l'absolu, hostile au fait que les employés mis à disposition de DCNS par l'Etat puissent en bénéficier (*). Le président du groupe y met toutefois des conditions. « Je souhaite que nos personnels sous statut ouvrier d'état puissent bénéficier de ces outils mais leur application ne peut intervenir qu'avec les règles de l'entreprise », souligne Jean-Marie Poimboeuf. DCNS veut, en effet, éviter un départ massif d'ouvriers dont les compétences sont vitales pour le groupe. Tous les personnels ne seraient, par conséquent, pas forcément concernés par d'éventuelles IDV.
En attendant la mise en place de telles mesures par le minsitère de la Défense, le groupe a d'ores et déjà provisionné un plan de 31 millions d'euros sur trois ans. Il permettra de financer des départs, la mobilité au sein de l'entreprise et des formations pour les personnels.
Outre une réduction des effectifs, le plan de compétitivité, ou « plan de restructuration » pour reprendre les termes du directeur financier du groupe, vise à réduire le coût des achats, qui représentent 70% de la facture des navires construits et entretenus. Pour y parvenir, une globalisation des achats, ainsi qu'une simplification des spécifications et des chaînes d'approvisionnement sont avancées. Ces différentes mesures doivent permettre à DCNS de résister à une concurrence de plus en plus vive à l'international et à un marché national très tendu en raison des problèmes budgétaires.
__________________________________________________

(*) Ancienne administration, l'ex-Direction des Constructions Navales a été transformée en société de droit privé en 2003. Les ouvriers alors employés ont conservé leur statut public, un accord étant conclu pour que DCN rembourse à l'Etat leur mise à disposition.

Naval Group | Actualité industrie navale de défense