Défense
DCNS attend la signature du contrat des sous-marins brésiliens

Actualité

DCNS attend la signature du contrat des sous-marins brésiliens

Défense

C'est au cours de la prochaine visite du président français au Brésil, le 7 septembre, que devrait être signé le contrat d'achat de quatre sous-marins du type Scorpène et l'aide technique française pour le programme du futur sous-marin à propulsion nucléaire brésilien. En décembre 2008, la France et le Brésil avaient conclu un accord global portant sur ces bâtiments, ainsi que l'acquisition de 50 hélicoptères de transport. L'ensemble est estimé à 6.7 milliards d'euros. Associé au groupe brésilien Odebrecht, le groupe naval français DCNS réalisera, à Cherbourg, une bonne partie du premier sous-marin conventionnel, du type Scorpène. Le projet mobilisera 100 personnels cherbourgeois à compter de 2010 et de 150 à 200 personnes les années suivantes. La mise en service du premier des quatre sous-marins est prévue en 2016. Pour les unités suivantes, la réalisation interviendra au Brésil, grâce à un transfert de technologie. Les sites français de DCNS se verront néanmoins confier, comme pour d'autres contrats similaires (exemple de l'Inde), d'importants travaux d'ingénierie (50.000 heures au total) ainsi que la production d'équipements complexes et sensibles (on pense par exemple, aux appareils à gouverner, à des éléments de coque résistante et d'étanchéité, aux mâts, aux tubes lance-torpilles et aux systèmes de manutention des armes...)

Mise en service du SNA en 2021

Les bateaux seront assemblés dans un nouveau chantier naval, qu'Odebrecht édifiera (en même temps qu'une nouvelle base navale) avec le soutien et l'expertise de DCNS dans ce domaine. Une fois l'infrastructure réalisée, DCNS sera associé à l'exploitation du chantier naval.
En parallèle des quatre Scorpène, les Français aideront les Brésiliens à réaliser leur premier sous-marin à propulsion nucléaire. La coque de ce bâtiment pourrait bien être directement dérivée des Scorpène, dont la coque est elle-même dérivée des sous-marins nucléaires d'attaque français du type Rubis. Selon les autorités françaises, l'assistance technique ne portera que sur les parties « non nucléaires » du navire. La conception et la réalisation de la chaufferie embarquée restera, en effet, à la charge des Brésiliens, qui travaille sur ce projet depuis plus de 20 ans.
Selon le ministre de la Défense brésilien, la construction devrait débuter en 2016, année où sera livré le premier Scorpène à propulsion conventionnelle, le futur SNA devant être mis en service en 2021.

Naval Group (ex-DCNS)