Energies Marines
DCNS et ARE veulent implanter des hydroliennes en Manche

Actualité

DCNS et ARE veulent implanter des hydroliennes en Manche

Energies Marines

DCNS et Alderney Renewable Energy (ARE), société britannique spécialisée dans l'énergie des courants de marée, ont signé un protocole d'accord en vue de développer des fermes d'hydroliennes dans la Manche. La zone visée est celle du raz Blanchard, située à proximité de la pointe du Cotentin et d'Aurigny (Alderney). Elle dispose d'un des courants de marée parmi les plus puissants au monde et pourrait produire, grâce aux hydroliennes, plusieurs gigawatts. « La signature de cet accord est un pas supplémentaire vers le développement industriel et commercial d'une véritable filière dans le domaine des énergies marines renouvelables. Cette coopération entre DCNS et ARE constitue également une étape importante pour le déploiement de la technologie hydrolienne sur l'un des sites les plus prometteurs au monde », explique Frédéric Le Lidec, directeur de l'incubateur énergies marines renouvelables chez DCNS. Le groupe naval, qui a pour ambition de jouer un rôle majeur dans le développement d'une nouvelle filière industrielle dans les énergies marines renouvelables, est aujourd'hui l'unique industriel au monde à explorer la quasi-totalité des technologies EMR : éoliennes flottantes offshore, hydroliennes, énergie thermique des mers (ETM) et énergie des vagues. « L'énergie des courants de marées est cependant l'une des technologies les plus matures technologiquement et commercialement. Cette technologie dispose également d'un important potentiel énergétique estimé à 75 gigawatts ».

Une turbine d'hydrolienne  (© : DCNS)
Une turbine d'hydrolienne (© : DCNS)

Hydrolienne  (© : OPENHYDRO)
Hydrolienne (© : OPENHYDRO)

Naval Group | Actualité industrie navale de défense Energies Marines Renouvelables