Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

DCNS et STX France décrochent un contrat d’études pour le projet FLOT-LOG

Défense

Dans le cadre du projet de futurs bâtiments logistiques destinés à la Marine nationale, la Direction Générale de l’Armement a notifié, la semaine dernière, un contrat d’études à DCNS et STX France.  Pour l’heure, il ne s’agit que d’une étude de levée de risques, comme on dit dans le jargon, qui a pour but  de vérifier la faisabilité technique du projet, ainsi que les délais et les coûts envisagés pour un futur programme. Ce n’est qu’à la lumière des résultats de ces travaux que la DGA disposera des éléments nécessaires, notamment les différentes options architecturales possibles, afin de rédiger le cahier des charges qui servira de base à un appel d’offres international visant à désigner le chantier qui réalisera les bâtiments du programme Flotte Logistique (FLOT-LOG).

 

La Meuse entre le Forbin et le Charles de Gaulle (© MARINE NATIONALE)

La Meuse entre le Forbin et le Charles de Gaulle (© MARINE NATIONALE)

 

Une décision qui dépend du Livre Blanc et de la future LPM

 

DCNS et les chantiers de Saint-Nazaire ont donc remporté une première victoire en étant retenus suite à la consultation européenne lancée fin 2011. Mais les deux industriels français sont encore loin de percevoir  une éventuelle commande. D’abord, le fait d’avoir été retenu pour l’étude de levée de risques ne présage en rien du choix du futur chantier. STX France et DCNS devront s’imposer face à leurs concurrents, même si, pour les syndicats des deux entreprises, le choix d’un chantier étranger serait perçu comme une véritable trahison de la part de l’Etat.  Moyennant quoi, les Britanniques ont ouvert la voie cette année en retenant, pour leurs futurs ravitailleurs, un design national, mais un chantier sud-coréen, preuve que les mentalités changent et que dans le contexte actuel, rien n’est plus acquis, même les contrats militaires. Quoiqu’il en soit, le programme FLOT-LOG ne sera pas notifié avant plusieurs années. Il faut, en effet, attendre les résultats du nouveau Livre Blanc sur la défense, dont les conclusions sont attendues en février 2013 et qui permettra d’élaborer la prochaine Loi de Programmation Militaire. Or, c’est précisément sur la prochaine LPM, qui couvrira la période 2014-2019, que les futurs bâtiments logistiques doivent être construits, si bien entendu le nouveau Livre Blanc maintient le projet. Il n'y a, ceci dit, pas beaucoup d'inquiétude à ce sujet, le maintien d'une capacité logistique étant impératif pour soutenir les déploiements du groupe aéronaval et d'un groupe amphibie (ravitaillement en combustible, vivres, eau, munitions et pièces détachées, transfert de personnel...), comme la Libye l'a une nouvelle fois démontré l'an dernier.

 

Ravitaillement à la mer  (© MARINE NATIONALE)

Ravitaillement à la mer  (© MARINE NATIONALE)

 

Ravitaillement à la mer (© MARINE NATIONALE)

Ravitaillement à la mer (© MARINE NATIONALE)

 

Pas de commande avant 2014/2015

 

Reste ensuite la problématique du financement. Alors que les caisses de l’Etat sont vides, le ministère de la Défense sera contraint de faire de douloureux arbitrages entre les besoins des différentes armées. Stratégiques ou pas, certains programmes seront donc probablement retardés faute d'argent. Une âpre bataille se déroulera en coulisses, dans les prochains mois, entre l’armée de Terre, l’aviation et la marine, avec derrière eux les industriels de référence, chaque camp  faisant pression sur le ministère pour sauvegarder ses programmes. Il est donc impossible, aujourd’hui, de dire quand FLOT-LOG sera lancé, si ce n’est que ce ne devrait pas être avant 2014/2015. En octobre 2009, Hervé Morin, alors ministre de la Défense, avait évoqué « quatre bâtiments » à livrer « d’ici 2020 », lorsqu’il avait officialisé son feu vert pour le début des études. Mais le nouveau Livre Blanc et la LPM qui en découlera remettent tout le calendrier à plat. Compte tenu de la situation très difficile vécue actuellement par Saint-Nazaire, où le plan de charge diminue dangereusement, les syndicats appellent certes l’Etat à anticiper la commande de ces navires. Mais il est peu probable qu’une telle décision soit prise, en raison des difficultés budgétaires actuelles, mais aussi puisqu’il serait politiquement très difficile de lancer un grand programme avant l’élaboration de la LPM. Enfin, on rappellera que FLOT-LOG n’a pas été prévu dans le projet de loi de finances 2013 et le gouvernement dit n'avoir aucune marge de manœuvre budgétaire.

 

Le BCR Var il y a quelques jours (© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le BCR Var il y a quelques jours (© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

Des bâtiments devant être polyvalents

 

Quant au format de FLOT-LOG, il dépendra, en fait, des options architecturales possibles et, en face, des capacités requises par la marine pour assurer le soutien logistique de ses bâtiments de combat, à commencer par un groupe aéronaval et un groupe amphibie, mais aussi une force de guerre des mines. L’ensemble permettra de déterminer le nombre de plateforme, qui serait probablement de quatre, mais peut aussi être de trois, ou bien de cinq. Les nouveaux bâtiments logistiques devront remplacer les bâtiments de commandement et de ravitaillement Var (1983), Marne (1987) et Somme (1990), le pétrolier-ravitailleur Meuse (1980), ainsi que le bâtiment atelier Jules Verne et le bâtiment de soutien Loire, désarmés en 2009 et 2010. C’est pourquoi ils doivent être polyvalents, afin de servir à la fois d’unités de ravitaillement en carburant, vivres, pièces détachées et munitions, de navires capables d’accueillir un état-major et disposant d’installations hospitalières, de pouvoir réaliser le transport de personnels et, enfin, d’être à même d’assurer des opérations de soutien technique, avec des ateliers embarqués. Construits aux normes civiles, ces bâtiments seront, auront, comme le veut la règlementation sur les pétroliers, une double coque et pourront traiter les équipements et déchets usagés.

On notera que DCNS et STX France ont dévoilé, lors du salon Euronaval en octobre dernier, un nouveau design de bâtiment logistique baptisé Brave et pouvant servir de base à l’offre française dans le cadre du programme FLOT-LOG, tout comme à des programmes à l'export.

 

Le concept Brave de DCNS et STX France (© DCNS)

Le concept Brave de DCNS et STX France (© DCNS)

 

Le concept Brave de DCNS et STX France (© DCNS)

Le concept Brave de DCNS et STX France (© DCNS)

 

Le concept Brave de DCNS et STX France (© DCNS)

Le concept Brave de DCNS et STX France (© DCNS)

 

 

Marine nationale