Défense
DCNS : La CFDT dénonce un projet de plan de départs volontaires

Actualité

DCNS : La CFDT dénonce un projet de plan de départs volontaires

Défense

La direction de DCNS souhaiterait supprimer l'an prochain jusqu'à 200 postes d'ouvriers d'Etat par le biais d'un plan de départs volontaires. C'est ce qu'ont appris les représentants du personnel lors d'une commission emploi/formation du comité central d'entreprise. Le plan de départs volontaires vise les fonctions supports, pour lesquelles le groupe souhaite, dans le cadre de son plan Championship, réduire les effectifs de 30% en trois ans. Ces fonctions supports concernent les ressources humaines, les achats, les services financiers et le soutien industriel.
Après le regroupement de l'informatique sur Brest et Lorient, le projet de centralisation de la gestion de la paye à Toulon et les menaces pesant sur l'ingénierie des sous-marins et bâtiments de surface à Brest, la pilule a du mal à passer auprès des syndicats. Pour la CFDT, un plan de départs volontaires est parfaitement injustifié : « Ce plan est un non sens économique. Il est l'expression d'une vision à court terme de la direction générale qui veut, dans le cadre de son plan Championship, atteindre à tout prix son objectif de réduction des effectifs dans les fonctions supports, alors que la situation de DCNS fait aujourd'hui bien des envieux dans l'industrie navale militaire en Europe. Enfin et surtout, l'Etat, actionnaire majoritaire, s'en lave les mains. Seule la rentabilité immédiate de l'entreprise l'intéresse, concrétisée par le versement de dividendes toujours plus juteux », affirme le syndicat.

Un imposant turnover

Celui-ci dénonce « l'acharnement de la direction » sur les emplois supports, déplorant que ces postes soient externalisés ou que la charge de travail soit reportée sur les personnels de production. Si le plan de départs volontaires voit le jour, près de 800 personnes pourraient quitter l'entreprise l'an prochain, en comptant les retraites et les départs amiante. Or, si les recrutements devraient compenser ces départs, la CFDT s'inquiète des importants mouvements d'effectifs auxquels fait face DCNS : « Depuis maintenant 5/6 ans, nous avons un turnover de l'ordre de 5 à 6% par an. C'est énorme et cela pose des questions quant au maintient des compétences au sein de l'entreprise, avec des risques de pertes de savoir-faire et une dégradation de la qualité des productions ».
Pour mémoire, les ouvriers d'Etat, ultra-majoritaires au sein de l'ex-Direction des Constructions Navales jusqu'à son changement de statut en 2003, ont vu depuis leurs effectifs fondre significativement. Ils ne sont plus aujourd'hui que 4800, sur un total d'environ 12.000 salariés. Et, au rythme où les choses vont, ils pourraient descendre sous la barre des 3000 d'ici 2015.
Malgré nos tentatives, hier soir, nous n'avons pas obtenu la position de la direction de DCNS sur ces sujets. Il en sera en tous cas sans doute question lors du prochain CCE, qui se déroulera prochainement.

Naval Group (ex-DCNS)