Construction Navale
DCNS : « L'emploi sera conforté à Lorient »

Interview

DCNS : « L'emploi sera conforté à Lorient »

Construction Navale

Six mois après son arrivée à la direction de DCNS Lorient, Laurent Moser considère que le site est en ordre de marche. Nouvelle organisation de travail, de politique de recrutement, le directeur détaille le carnet de commandes du site. Et assure qu'il n'y aura pas de plan social, mais « un emploi conforté ».


« Rapprocher la conception de la production ».


« Je suis arrivé à un moment important pour l'entreprise avec la mise en oeuvre d'une nouvelle organisation qui rapproche les équipes de conception des équipes de production. L'objectif est d'apporter de la performance, de l'agilité. J'ai une feuille de route très claire. Et après six mois, le site de Lorient est en ordre de marche. Nous devons respecter tous nos engagements auprès de nos clients : livrer à l'heure et avec la qualité attendue. Second point, il faut améliorer notre performance économique et notre compétitivité. C'est nécessaire pour notre développement à l'international. Le plan de progrès est le levier pour réussir cette transformation. Ce ne sont pas les grandes révolutions qui font le changement, mais l'amélioration continue ».


« Un pilotage très fin des équipes »


« Le pilotage, au plus près du terrain, couplé au pilotage par planning, doit donner du rythme au travail. On a mis au pied du bateau toutes les équipes. Il faut que l'on soit en capacité de mesurer notre travail au quotidien, presque parfois à l'heure ».

Deux mises à flot avant la fin 2016


« Le programme Frémi, c'est dix navires. Huit pour la Marine nationale, dont deux avec des capacités anti-aériennes renforcées - ce qui nécessite un gros travail de préparation avant l'industrialisation- et deux autres à l'export pour les marines marocaine et égyptienne. La dernière Fremm sera livrée en 2022. Le premier défi était de livrer la Fremm Languedoc, qui est la troisième Fremm pour la Marine nationale. En septembre prochain, il y aura deux mises à flot en deux jours avec la Fremm Bretagne et la Gowind Egypte. Dans la foulée, la Fremm Auvergne fera sa première sortie en mer ».

« FTI : pas de commande ferme de la Marine nationale »


« L'autre gros défi, ce sont les Frégates de Taille Intermédiaire. La Marine nationale a montré son intérêt pour cinq bâtiments avec une livraison en 2023. Mais ce n'est pas une commande ferme. Ce n'est, pour l'heure, que des études préliminaires. Nous travaillons avec la DGA sur la définition de la FTI. DCNS doit répondre aux exigences de la Marine nationale et rendre ce produit exportable. Mais ce programme doit garantir une charge pour le site de Lorient pour les dix prochaines années ».

« 100 postes supprimés mais 130 postes créées dans trois ans »


« D'ici trois ans, sur le site de Lorient, le solde sera positif d'une trentaine de postes. On a recruté, en 2015, une trentaine de personnes mais avec une réorientation forte vers les métiers de la production (mouleurs en composites, charpentiers soudeurs à la coque) et de la conception. En 2016, une trentaine de personnes seront également embauchées. Au final, il y aura une centaine de postes supprimés mais, en contrepartie, 130 créations. On en supprime dans certains domaines (le courrier, l'entretien courant, la logistique...). On met le dialogue social en avant, pour preuve trois organisations syndicales ont signé l'accord ».

« Il n'y aura pas de plan social à Lorient »


« Il faut préciser que le plan global de performance ne prévoit aucun licenciement. Il n'y aura pas de plan social à Lorient mais un plan de départs volontaires, voire des propositions de reclassement dans l'entreprise. À ce chiffre, il faut rajouter onze postes dont l'activité est transférée à une filiale commune avec Veolia, Défense Environnement Service. Il n'y aura pas de transfert imposé. Dans le cadre de ce plan, une quarantaine de postes d'autres sites de DCNS seront transférés à Lorient. DCNS a 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires, l'objectif est de passer à 5 milliards dont 50 % à l'export. C'est pourquoi, on se renforce sur nos métiers de base, la production et la conception ».

Les Énergies marines renouvelables (EMR) : « 15 à 20 % du CA dans 10 ans»

« Le site de Lorient est en pointe sur l'hydrolien à travers la production des pâles d'hydroliennes. Vingt ont déjà été fournies pour les deux premières turbines (Paimpol-Bréhat). Cette stratégie prend corps avec le projet HydroFan porté avec l'UBS, Coriolis et l'agglomération. Pour l'heure, c'est un investissement. Nous sommes encore dans les phases de pré-industrialisation mais l'objectif de DCNS est de faire avec les énergies marines 15 à 20 % de son chiffre d'affaires (sur 5 Md €) dans dix ans ».


Propos recueillis par la rédaction du Télégramme

 

Naval Group | Actualité industrie navale de défense