Défense
DCNS : Les personnels veulent des augmentations de salaires

Actualité

DCNS : Les personnels veulent des augmentations de salaires

Défense

De Toulon à Brest en passant par Lorient, Cherbourg, Ruelle et Nantes-Indret, des centaines de salariés de DCNS se sont mobilisés, hier, pour réclamer des augmentations de salaires. A Lorient, notamment, 350 personnels étaient rassemblés devant la salle où devait se dérouler un Comité d'Etablissement, alors qu'à Brest, 500 grévistes ont bloqué durant deux heures les accès au chantier de refonte du sous-marin nucléaire lanceur d'engins Le Vigilant. Cette journée d'action, initiée à l'appel de l'intersyndicale CFDT, CGT, UNSA, CGC et FO, est intervenue à la veille du début de la Négociation Anuelle Obligatoire (NAO), portant notamment sur la revalorisation des salaires pour les personnels dépendant de conventions collectives (la moitié des effectifs de DCNS est constituée d'ouvriers d'Etat).
Selon les syndicats, après avoir concédé une augmentation globale de NAO de 2.8% en 2009 et 2.1% en 2010, la direction propose aux cadres une augmentation de 2% en 2011. Et, pour les ouvriers, employés, techniciens et agents de maîtrise (OETAM), la hausse proposée serait aussi de 2%, contre 2.1% en 2010 et 2.8% en 2009. « Pour les OETAM, le chiffre est même biaisé car il intègre, ce qui ne devrait pas être le cas, la prime d'ancienneté. En fait, pour cette catégorie de personnels, la hausse proposée n'est que de 1.3%. Ce n'est pas admissible, surtout que le seul coût de la vie a augmenté de 1.8% en 2010 », affirme un responsable de la CFDT, qui réclame « une augmentation décente ».
L'intersyndicale estime que les propositions de la direction de DCNS ne correspondent pas à la bonne santé financière du groupe. « DCNS a de très bons résultats et une importante trésorerie, qu'elle doit en bonne partie aux personnels, à qui on a demandé d'importants efforts de productivité ». Elle réclame, également, l'arrêt du gel des salaires pour les ouvriers d'Etat, mesure décidée fin 2010 par l'Etat, actionnaire à 75% de DCNS.
Avec, selon elle, 1300 personnels mobilisés hier dans les établissements, l'intersyndicale a voulu démarrer les négociations en position de force. D'autant que dans les sites, on se dit prêt à durcir le ton et lancer de nouvelles actions. Ainsi, selon un délégué du personnel : « La mobilisation de ce mardi est un coup de semonce. En production notamment, les personnels sont bien échauffés et prêts, si besoin, à bloquer l'outil industriel ».

Naval Group | Actualité industrie navale de défense