Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

DCNS livre un sous-marin du type Scorpène à la Malaisie

Défense

Le groupe naval français a livré, hier, le sous-marin Tunku Abdul Rahman à la marine royale malaisienne. Ce bâtiment est le premier sous-marin acquis par la Malaisie, qui ne disposait pas, jusqu'ici, de ce type de navire. Construit par DCNS, à Cherbourg, le Tunku Abdul Rahman est le premier des deux Scorpène commandés par la Malaisie en juin 2002. Ces sous-marins ont fait l'objet d'un développement en commun avec le constructeur naval espagnol Navantia. Le contrat porte sur la fourniture de deux sous-marins, et de prestations de formation et de logistique. La livraison du premier bateau « intervient après les derniers essais à la mer du Tunku Abdul Rahman fin décembre. Ils ont permis de démontrer les performances opérationnelles remarquables de ce navire, ainsi que les qualités de son système de combat avec, en particulier, des tirs réussis de torpilles lourdes Blackshark et de missiles », souligne DCNS.
Le Tunku Abdul Rahman rejoindra la Malaisie au début du second semestre 2009, son sistership, le Tun Razak, devant être livré en fin d'année par Navantia. Chaque bâtiment, d'une longueur de 67,5 mètres et d'un déplacement de 1 550 tonnes, est conduit par un équipage malaisien de seulement 31 hommes et dispose d'une autonomie de 45 jours.

Le Tunku Abdul Rhaman (© : DCNS)
Le Tunku Abdul Rhaman (© : DCNS)

Fer de lance des produits à l'export

Développé dans les années 90 par DCNS et Navantia, le Scorpène est aujourd'hui le fer de lance du groupe français sur le marché export des sous-marins. Après 15 de coopération avec l'industrie espagnole, les deux partenaires se sont néanmoins séparés, DCNS commercialisant désormais seul le bâtiment. Selon nos informations, le divorce est aujourd'hui officiellement consommé. Alors que Navantia travaille à la mise au point du S80, un sous-marin légèrement plus gros pour lequel DCNS a dénoncé une reprise des technologies issues de la coopération, les Français poursuivent la commercialisation du Scorpène. « Le Scorpène intègre le savoir-faire le plus récent en matière de construction de sous-marins et bénéficie des dernières avancées issues des classes de sous-marins de la Marine nationale française, notamment en termes de discrétion acoustique et de performance du système de combat. Sa très grande autonomie en fait un des seuls bâtiments conventionnels à pouvoir mener des patrouilles océaniques de très longue durée. Sa conception modulaire lui permet d'être adapté aux besoins spécifiques des marines clientes », explique le groupe, dont le dernier succès à l'export en matière de sous-marins est la signature, en décembre, d'un accord portant sur la réalisation bâtiments pour le Brésil.
Quant au Scorpène, pour mémoire, il a déjà été adopté par le Chili (2 exemplaires), la Malaisie (2 ex) et l'Inde (6 ex).

Naval Group (ex-DCNS)