Défense
DCNS livre un tronçon de sous-marin au Brésil

Actualité

DCNS livre un tronçon de sous-marin au Brésil

Défense

Pour la première fois, un tronçon de sous-marin construit en France a traversé l’Atlantique à bord d’un cargo. Il s’agit du tiers avant du S-BR 1, le premier Scorpène commandé par le Brésil. Cette section, réalisée sur le site DCNS de Cherbourg, avait été embarquée dans le port normand par le Tracer, de la compagnie néerlandaise Big Lift.  Ce navire de 101 mètres de long, doté de deux grues d’une capacité de levage cumulée de 500 tonnes, a appareillé de Cherbourg le 13 mai pour rejoindre le Brésil après un transit d’une quinzaine de jours.

 

 

Un sistership du Tracer (© BIG LIFT)

Un sistership du Tracer (© BIG LIFT)

 

 

Long de 25 mètres pour une hauteur de 12 mètres (kiosque inclus) et un poids de 220 tonnes, le tronçon de coque a été débarqué à Itaguaí, dans la baie de Sepetiba, où le nouveau chantier de construction des futurs sous-marins brésiliens sort progressivement de terre. La section réalisée en France doit être jonctionnée début 2015 à la partie arrière du sous-marin, réalisée localement par ICN, société brésilienne détenue à 59% par Odebrecht et à 41% par DCNS. L’assemblage sera mené à bien dans une grande nef de construction inspirée du chantier Laubeuf de Cherbourg.

 

 

Vue du futur chantier d'Itaguaí (© DCNS)

Vue du futur chantier d'Itaguaí (© DCNS)

 

 

La fabrication en France d’une partie du premier des quatre Scorpène commandés par le Brésil s’inscrit dans le cadre d’un transfert de technologie visant à permettre au pays de réaliser localement les prochains sous-marins. Plus de 150 Brésiliens ont, ainsi, été formés à Cherbourg, DCNS fournissant également une aide technique et des formations aux équipes travaillant au Brésil.  Une fois achevé, le S-BR 1 doit réaliser ses essais en mer en 2016, sa livraison étant prévue mi-2017. Entièrement réalisés au Brésil, les trois sous-marins suivants seront livrés au rythme d’une unité tous les 18 mois, soit, normalement, début 2019, mi-2020 et début 2022.

 

 

Vue de l'un des futurs Scorpène brésiliens (© DCNS)

Vue de l'un des futurs Scorpène brésiliens (© DCNS)

 

 

Longs de 76 mètres pour un déplacement en plongée de plus de 2000 tonnes, ces bâtiments seront les plus gros de la famille Scorpène, qui a également été adoptée par le Chili (2 bâtiments), la Malaisie (2)  et l’Inde (6). L’augmentation de la taille permet notamment d’accroître les réserves en combustible et en vivres, afin de gagner en autonomie, condition impérative compte tenu de l’étendue des eaux brésiliennes. Armés par un équipage de 45 hommes, les S-BR disposeront de 6 tubes de 533mm permettant de mettre en œuvre 12 torpilles lourdes Black Shark et missiles antinavire Exocet SM 39.

Pour mémoire, le contrat des sous-marins brésiliens, signé en 2009, est le plus important programme enregistré jusqu'ici à l'export par DCNS. En dehors des quatre Scoropène, il comprend l'assistance à la conception et la réalisation d'un nouveau chantier et d'une nouvelle base navale, ainsi qu'une aide technique pour la conception des parties conventionnelles du premier sous-marin nucléaire d'attaque brésilien.

 

 

- Voir notre dossier sur ce programme et les ambitions brésiliennes de DCNS

Naval Group (ex-DCNS) Marine brésilienne