Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

DCNS mise sur le navire tout électrique

Défense

De tout temps, les forces navales ont toujours été à la pointe de la technologie. En permanence, militaires et constructeurs cherchent à intégrer les innovations qui permettront d'accroître l'efficience et les capacités de leurs bâtiments. A cet effet, tous les grands groupes industriels réfléchissent aux navires de demain. Des concept ships sont étudiés avec les réseaux de fournisseurs afin d'identifier les futurs produits et planifier les efforts de recherche et développement (R&D) pour les prochaines années. Dans le domaine des unités de surface, DCNS, leader européen du secteur, a travaillé sur une plateforme futuriste résultant des besoins exprimés par les marines pour remplacer leurs frégates dans une quinzaine d'années. « Cela se traduit par une augmentation conséquente des capacités opérationnelles, notamment en matière de détection et d'action. Les bâtiments de combat agiront seuls ou en réseau en zones littorales. Ils devront être capables de connaître parfaitement leur environnement, traiter des menaces conventionnelles ou asymétriques, agir de manière graduée avec des armes à létalité variable », explique Gilles Langlois, chez DCNS.

Advansea  (© : DCNS)
Advansea (© : DCNS)

Pour répondre aux besoins, le groupe français s'oriente vers les navires tout électriques. Non seulement au niveau de la propulsion, mais également des armes. Son concept, Advansea, porte sur un navire de 120 mètres et plus de 4000 tonnes capable d'atteindre 28 noeuds. Mais, la grande innovation est qu'il affiche aussi une puissance électrique de 20 MW soit nettement plus que les navires d'aujourd'hui. Pour la létalité variable, un laser pourra être employé, avec une variation de l'intensité du faisceau. DCNS prévoit également l'emport de canons électriques, dont les charges d'énergie permettront de propulser des obus et, en remplaçant la poudre, d'accroître les capacités des soutes à munitions. Le recours à ces armes, qui nécessitent une forte énergie impulsionnelle, pose d'importants problèmes architecturaux. Pour aboutir à un bâtiment comme Advansea, 3 ruptures technologiques sont nécessaires. D'abord, l'utilisation de la supraconductivité pour les moteurs de propulsion. Grâce à de nouveaux matériaux, l'objectif est de limiter au maximum les pertes énergétiques dans les fils conducteurs pour améliorer le rendement des moteurs et réduire leur taille. Ainsi, on obtient un gain de puissance et de place, avec un encombrement réduit de 50%. La seconde rupture technologique nécessaire porte sur le stockage de l'énergie pour les moteurs et les armes, qui auront besoin de se recharger très rapidement pour afficher une cadence équivalente ou supérieure aux canons actuels. Le recours à des batteries de nouvelle génération, en cours d'étude, est prévu.
Enfin, ce navire du futur nécessitera un système de pilotage temps réels du flux d'énergie vers la propulsion et le système d'armes. DCNS estime que ces technologies seront mâtures sous 15 ans et que l'adoption du bâtiment tout électrique permettra, en outre, de répondre à la nécessité de diminuer les émissions de gaz à effet de serre et de réduire la facture pétrolière, ce dernier point aboutissant à une diminution du coût de possession des bateaux.

Advansea  (© : DCNS)
Advansea (© : DCNS)

Outre l'aspect électrique, pour répondre aux missions futures, Advansea est équipé d'un radar à faces planes multifonctions, intégrant les moyens de détection, de guerre électronique et de communication. Le bâtiment s'inscrit aussi dans la logique des capteurs déportés, avec l'emport de drones. Le bâtiment se caractérise aussi par une seconde plateforme sur le toit du hangar hélicoptère. Dotée d'un ascenseur, elle doit servir aux rotations d'UAV. A l'arrière, une rampe est prévue pour la mise à l'eau d'embarcations rapides ou de drones de surface. Les missiles seront totalement intégrés à la coque et aux superstructures pour augmenter la furtivité.

Advansea  (© : DCNS)
Advansea (© : DCNS)

Naval Group (ex-DCNS)