Energies Marines
DCNS prépare l’assemblage de deux nouvelles hydroliennes à Brest

Actualité

DCNS prépare l’assemblage de deux nouvelles hydroliennes à Brest

Energies Marines

Le groupe naval français devrait débuter le mois prochain, à Brest, l’assemblage de deux nouvelles hydroliennes commandées par EDF EN pour le parc expérimental de Paimpol-Bréhat. C’est là qu’a été immergé un premier prototype, Arcouest, lors de deux campagnes d’essais menées d’octobre 2011 à janvier 2012, puis de décembre 2013 à avril 2014. Après avoir validé les performances techniques et le comportement en mer de cette première machine, d’un diamètre de 16 mètres et d’une puissance de 0.5 MW, le retour d’expérience a servi à optimiser les deux hydroliennes suivantes qui, en fait, constituent le début d’une production en série.

 

(© : DCNS)

(© : DCNS)

 

Pour mener à bien ce nouveau contrat, DCNS s’appuie sur différents sites du groupe. Alors que sa filiale irlandaise OpenHydro est chargée de produire les turbines, Lorient fabrique les pales et l’assemblage du rotor est effectué à Cherbourg, où DCNS souhaite développer son grand pôle industriel dédié aux hydroliennes (dans la perspective de l’installation de grands parcs en Manche). L’assemblage final des machines commandées par EDF, la réalisation du câblage, ainsi que l’installation du module de pilotage et les essais, se dérouleront à Brest.

 

Le rotor de l'hydrolienne Arcouest (© : LE TELEGRAMME)

Le rotor de l'hydrolienne Arcouest (© : LE TELEGRAMME)

 

Pour des impératifs de compétitivité, compte tenu des coûts et délais impartis, DCNS a décidé de sous-traiter une part importante du travail à des prestataires étrangers. Au final, les achats sont réalisés pour moitié en France et au Royaume-Uni, l’autre moitié se répartissant entre la Pologne et la République Tchèque. Les embases métalliques des hydroliennes sont, par exemple, produites par un fournisseur polonais. Une manière pour DCNS de réduire les coûts mais aussi de renforcer sa coopération avec l’industrie en Pologne, où le groupe français espère vendre des bâtiments militaires.  

Pour en revenir au site de Paimpol-Bréhat, EDF EN prévoit de mettre à l’eau la première de ses deux nouvelles hydroliennes à l’automne et la seconde dans la foulée. Le site, raccordé au réseau de distribution électrique terrestre, doit produire ses premiers kW/h à la fin de l’année. 

Naval Group | Actualité industrie navale de défense