Marine Marchande
De nouveaux baliseurs à l'horizon pour la façade atlantique
ABONNÉS

Actualité

De nouveaux baliseurs à l'horizon pour la façade atlantique

Marine Marchande

Le renouvellement de la flotte de l’Armement des Phares et Balises se poursuit. Après la livraison en 2017 et 2019 des baliseurs côtiers Gavrinis et Chef de Baie, stationnés à Lorient et La Rochelle, une nouvelle vedette de travail, l’Ile de la Giraglia, vient d’être réceptionnée à Bastia. C’est désormais au tour de moyens de l’APB dans le Finistère d’être remplacés, puis rapidement à des navires basés à Saint-Nazaire et au Verdon.

Un navire équipé de batteries 

Un appel d’offres a en effet été lancé pour la construction d’un nouveau baliseur côtier d’environ 24 mètres. Ce marché sera attribué d’ici le début d’année prochaine en vue d’une livraison du navire au second trimestre 2022, a appris Mer et Marine. Avec l’ambition d’aller encore plus loin que le Gavrinis et le Chef de Baie, réalisés par le chantier vendéen Delavergne, en matière de réduction des émissions polluantes. « Nous continuons de mettre l’accent sur le verdissement de la flotte, conformément aux objectifs de l'Etat. Cette fois, nous ambitionnons avec ce nouveau baliseur côtier de disposer d’un navire capable de fonctionner en mode "0 rejet" pendant un certain temps, par exemple pour les phases de chenalage, les manœuvres portuaires, la traversée de zones sensibles comme les réserves naturelles… l’idée est d’équiper le navire de batteries afin de lui offrir une autonomie énergétique de 20 à 30 minutes en mode tout électrique », explique-t-on à Mer et Marine au sein de l’APB. En plus de la capacité à évoluer uniquement sur batteries jusqu’à une demi-heure (de manière silencieuse et sans émissions), l’objectif est également de se servir de cette source d’énergie pour optimiser le rendement des moteurs et donc réduire la consommation courante en carburant.

Remplacement des Velléda et Charles Cornic à Brest et Morlaix

Cette nouvelle unité sera basée à Brest. Elle remplacera sur place l’antique vedette Velléda (16 mètres) datant de 1968, mais aussi le navire de travail Charles Cornic (17 mètres), stationné à Morlaix. Livré en 2004 par Delavergne (sur des plans H&T), ce dernier a encore du potentiel. « Le Charles Cornic n’est pas âgé et il est en bon état. Nous serons donc amenés à le redéployer sur un autre centre. Plusieurs options sont actuellement à l’étude », dit-on à l’APB.