Défense
De nouveaux retards en perspective pour le programme JSF

Actualité

De nouveaux retards en perspective pour le programme JSF

Défense

Ayant déjà connu un important glissement de calendrier et des surcoûts, le programme Joint Strike Fighter va subir de nouveaux retards. C'est ce qu'ont révélé à la presse américaine des responsables du Pentagone. La version catapultable (F-35 C), développée pour les porte-avions de l'US Navy, verrait sa mise au point glisser d'environ un an (au même titre que la version classique F-35 A). Mais le retard le plus important concernerait la variante à décollage court et appontage vertical (F-35 B), qui nécessiterait un délai supplémentaire de trois ans. Pour mémoire, le F-35 C, qui a réalisé son premier vol en juin dernier, doit (ou devait) être livré à la marine américaine à partir de 2014. Quant au F-35 B, prévu pour l'US Marine Corps, il ne serait opérationnel qu'après 2015. De plus en plus de questions se posent d'ailleurs sur l'avenir de cette version, certains industriels impliqués dans le programme craignant qu'elle finisse par être abandonnée. La décision de la Grande-Bretagne, première contributrice étrangère dans le JSF, d'équiper finalement son futur porte-avions de F-35 C, ne va pas dans le sens du F-35 B. Et, au Pentagone, certains estiment que la couverture aérienne des opérations amphibies peut être assurée avec les seuls porte-avions. L'abandon par le corps des Marines de l'aviation embarquée sur les porte-hélicoptères d'assaut (actuellement constituée d'AV-8 B II Harrier Plus) permettrait, ainsi, de réaliser des économies substantielles. Un abandon éventuel du F-35 B serait en tous cas une très mauvaise nouvelle pour l'USMC, mais aussi pour certaines marines européennes. L'Espagne et l'Italie attendent en effet après cet avion, actuellement le seul à pouvoir remplacer les Harrier vieillissants embarqués sur leurs porte-aéronefs.

Aéronautique navale | Toute l'actualité des aéronefs et flottilles de la marine