Défense
De nouveaux sous-marins pour la Russie

Actualité

De nouveaux sous-marins pour la Russie

Défense

Le cinquième des six nouveaux sous-marins russes du type Kilo 636-3 vient d’être mis à l’eau aux chantiers de l’Amirauté, à Saint-Pétersbourg. Le Velikiy Novgorod, comme tous les bâtiments de cette série, est destiné à renforcer les moyens de la flotte de la mer Noire. La marine russe a déjà réceptionné en 2014 et 2015 les quatre premières unités, les Novorossiysk, Rostov na Donu, Stary Oskol et Krasnodar. Le Kolpino doit, pour sa part, être mis à flot en mai de cette année.

Premiers tirs de missiles de croisière en décembre

Fin 2015, deux de ces nouveaux Kilo avaient rejoint la mer Noire, le Novorossiysk et le Rostov na Donu. Ce dernier, en arrivant en Méditerranée orientale, a pour mémoire tiré le 9 décembre une salve de missiles de croisière SS-N-27 Kalibr sur des objectifs en Syrie. Cette intervention, la première du genre, visait selon le commandement russe des positions de Daech dans la région de Raqqa.

 

 

Longs de 73.8 mètres et présentant un déplacement de 3100 tonnes en plongée, les nouveaux Kilo sont nettement plus modernes et endurants que leurs aînés, dont les premiers exemplaires sont sortis au début des années 80. Dotés de six tubes de 533mm, ils peuvent mettre en œuvre 18 torpilles et missiles de croisière, tout en disposant dans le massif d’un système antiaérien (8 missiles SA-N-8). 

Six unités supplémentaires pour le Pacifique

En dehors de la mer Noire, la marine russe devrait commander six autres Kilo pour la flotte du Pacifique. « Une décision devrait être prise de manière imminente », a indiqué le 18 mars aux media russes le vice-amiral Fedotenkov.

 

Le Sankt Petersburg (© COLLECTION FLOTTES DE COMBAT)

Le Sankt Petersburg (© COLLECTION FLOTTES DE COMBAT)

 

Une nouvelle classe en vue

Ce dernier a également annoncé le lancement prochain de la construction d’une nouvelle génération de sous-marins conventionnels en cours de développement. Ce projet devrait succéder à celui des Lada, qui a rencontré de grosses difficultés et piétine depuis cinq ans, seul la première (Sankt Petersburg) des trois unités de ce type mises en chantier ayant apparemment navigué.

 

Le Severodvinsk (© DR)

Le Severodvinsk (© DR)

 

Le SNA Severodvinsk termine ses essais opérationnels

Dans le même temps, la flotte du Nord a fait savoir que le sous-marins nucléaire d’attaque Severodvinsk, première unité du type Yasen, a achevé ses essais opérationnels et prendrait bientôt la mer pour un « entrainement de combat », préalable à sa prochaine admission au service actif. Ce projet (885) va donc enfin voir le jour plus de 20 ans après la mise sur cale du Severodvinsk, en décembre 1993. Lancé seulement en 2010, ce bâtiment de 119 mètres et 13.500 tonnes de déplacement en plongée est une version améliorée des célèbres Akula. Son premier sistership, le Kazan, a vu son assemblage débuter en 2009. 

 

SNLE du type Borei (© DR)

SNLE du type Borei (© DR)

 

Un troisième SNLE du type Borei

Enfin, dans le domaine des sous-marins nucléaires lanceurs d'engins, le Vlamdimir Monomakh, troisième des nouveaux SNLE du type Borei, sera bientôt opérationnel. Après un premier exercice de ce type en novembre 2015, ils devrait réaliser en juin prochain, selon l'agence de presse russe TASS, un second double tir de missiles balistiques Bulava depuis la mer Blanche. A l'issue, le bâtiment, livré à la marine russe fin 2014, doit rejoindre à la fin de l'été la flotte du Pacifique. Il sera basé sur cette façade comme l'est son aîné, l'Aleksandr Nevskiy, depuis l'an dernier. Le premier sous-marin de la série, le Yuriy Dolgorukiy, fait quant à lui partie de la flotte du Nord. En tout, la Russie prévoit de construire huit SNLE de ce type. 

Marine Russe | Toute l'actualité des Forces Navales de la fédération de Russie