Défense
De simples canons pour assurer l’autodéfense des BRF ?
ABONNÉS

Actualité

De simples canons pour assurer l’autodéfense des BRF ?

Défense

Alors que l’amélioration des capacités d’autodéfense de ses navires est érigée au rang de priorité par la Marine nationale, on apprend que le dispositif de protection des futurs bâtiments ravitailleurs de forces (BRF) pourrait être plus léger que prévu. Initialement, ces bateaux devaient combiner de l’artillerie télé-opérée, des missiles antimissiles à courte portée et un radar tridimensionnel. Pour l’armement, le couple Narwhal/Simbad RC semblait faire consensus ces dernières années afin de permettre à ces bâtiments de disposer d’une bulle de protection efficace contre un large spectre de menaces aériennes et de surface, allant des attaques asymétriques par embarcations suicides ou drones à la neutralisation de missiles antinavire. Des capacités complémentaires à même de réagir à des situations complexes, en particulier lors des navigations en eaux resserrées, comme les détroits, où les navires sont les plus vulnérables. Or, à ce stade, il semble que les BRF pourraient ne disposer que de deux canons et un simple radar 2D.

La raison de cette nouvelle perspective est budgétaire. Si le Narwhal est considéré comme un bon canon, les marins souhaitent disposer d’un système d’artillerie intermédiaire entre le 20mm et le 76mm qui équipe leurs frégates. Un calibre moyen offre en effet une portée accrue et, en même temps, la possibilité de mieux graduer la réponse face à une menace sur laquelle

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française