Marine Marchande
Décarbonisation : une proposition de fonds de 5 milliards de dollars pour financer de la R&D

Actualité

Décarbonisation : une proposition de fonds de 5 milliards de dollars pour financer de la R&D

Marine Marchande

Les principales organisations du transport maritime à travers le monde proposent de créer un fonds de 5 milliards de dollars. Objectif : financer de la R&D pour aider le transport maritime à bannir ses émissions de CO2. 

Selon l’International Chamber of Shipping (ICS), principale association commerciale internationale pour l’industrie maritime, qui promeut cette initiative, elle est portée par des associations internationales d’armateurs qui représentent collectivement 90% de la flotte marchande. La proposition se décline en trois points principaux. D'abord, créer une organisation non-gouvernementale (l’IMRB, International maritime research and development board) pour faire de la recherche et du développement pour la décarbonisation du transport maritime. Ensuite, la financer avec 5 milliards de dollars sur une période de 10 ans. Les fonds seraient collectés en prélevant 2 dollars par tonne de carburant consommé par les compagnies maritimes à travers le monde. Enfin, le trosième point vise à accélérer le développement de navires commercialement viables à zéro émission de carbone d'ici le début des années 2030.

Cette proposition a été soumise à l’OMI (Organisation mondiale internationale) qui a adopté l’an dernier un plan de réduction des gaz à effets de serre de 50 % d’ici à 2050, avant une décarbonisation complète. Selon l’ICS, pour atteindre cet objectif, il faut que le transport maritime améliore l’efficacité carbone de 90%, ce qui est incompatible avec l’usage des carburants fossiles à long terme. Pour y parvenir, elle estime qu'il faut miser sur le développement de nouvelles technologies comme l'hydrogène, l'ammoniac ou encore les piles à combustible.

La mise en place du fonds et du programme de R&D pourrait intervenir dès 2023 grâce à des amendements à la convention Marpol, estime l’ICS. Des discussions doivent avoir lieu à Londres lors du prochain comité de la protection du milieu marin en mars 2020.