Marine Marchande
Décès de  Mærsk Mc-Kinney Møller

Actualité

Décès de Mærsk Mc-Kinney Møller

Marine Marchande

C'est sans doute l'un des plus grands armateurs au monde qui vient de disparaître à l'âge de 98 ans. Arnold Mærsk Mc-Kinney Møller, plus connu sous le nom de Maersk Mc-Kinney Møller, a dirigé pendant près de 40 ans, de 1965 à 2003, le groupe AP Møller Maersk, fondé par son père Arnold Peter Møller et son grand père, le capitaine Peter Maersk Møller.
Cet homme discret, première fortune danoise, a transformé un solide petit armement danois en leader mondial du transport maritime. Entré dans la compagnie dès son plus jeune âge, il apprend son métier dans une société qui, avant-guerre, exploite une quarantaine de navires. Son père et son grand-père ont fondé la petite compagnie en 1904, s'appuyant sur les récents progrès techniques des navires à vapeur. Dès 1918, ils décident d'avoir leur propre chantier à Odense où, durant plus de 80 ans, le groupe construira des navires toujours plus grands et plus rapides. L'armement prospère et, en 1928, il lance Maersk Line, alignant six navires avec un des premiers services réguliers sur une ligne transpacifique. En 1936, le premier navire pouvant transporter des conteneurs réfrigérés (reefer) est construit à Odense. La veille du déclenchement de la seconde guerre mondiale, la direction de l'armement donne ordre à ses 46 navires de ne plus répondre aux ordres de Copenhague si le Danemark devait tomber sous le joug nazi. Au lendemain de l'annexion, le siège du groupe est transféré à New York, Maersk Mc-Kinney Møller entre au conseil d'administration aux côtés de son père.

Des navires pour tous les marchés, toujours plus grands, toujours plus modernes

Au retour de la guerre, la flotte est fortement réduite, après les destructions et les saisies il ne reste plus que 14 navires. L'armement relance alors un ambitieux programme de construction, dans son chantier d'Odense et partout en Europe. Le groupe commence alors une diversification sur tous les marchés du transport maritime : offshore dès 1962 avec l'attribution des concessions d'exploitation de la mer du Nord, transport de pétrole brut et de gaz, le vrac et les colis lourds. Maersk Mc-Kinney Møller prend la tête du groupe en 1965 et poursuit la dynamique impulsée par son père. En 1967, la série des Cecilie Maersk est exploitée sur les lignes Asie Europe. Capables de filer à 26 noeuds, ces navires seront les premiers à être transformés en porte-conteneurs en 1974. La boîte devient vite un des fers de lance de la compagnie, qui se lance dans une course au gigantisme : dès 1988, le Marchen Maersk affiche une capacité de 4300 boîtes, en 1996, le Regine Maersk en aura 6000, puis 7000 pour le Sovereign Maesrk en 1997... Suivant cette tradition, les Triples E, qui devraient prochainement arriver sur le marché, seront les premiers 18.000 boîtes. Le groupe AP Møller Maersk poursuit sa croissance, construit, rachète (Sealand et Safmarine en 1999, Switzer en 2001...), s'impose sur tous les marchés. Jusqu'à devenir le leader mondial du transport maritime qu'il est encore actuellement. Maersk Mc-Kinney Møller, lui, s'est définitivement retiré des affaires en 2003, même s'il gardait un oeil sur les différents projets du groupe, dont une partie du conseil d'administration est toujours contrôlée par les membres de la famille.
Philantrope et amateur d'art, il a via les nombreuses fondations qu'il a créées, mené un grand nombre de projets, dont la construction d'un opéra à Copenhague. Sa fille Ane Mærsk Mc-Kinney Uggla a rendu hommage à un père « qui n'a jamais fait défaut, ni à sa famille, ni à son entreprise ».
Dans un communiqué, le groupe salué le souvenir d'un homme qui « a permis au groupe de devenir un leader mondial et la plus grande entreprise danoise. La volonté et l'énergie ont toujours accompagné les efforts qu'il a mené toute sa vie. Anticipation, préparation attentive et un engagement sans faille ont permis de faire du groupe ce qu'il est actuellement ».

A.P. Møller - Mærsk