Science et Environnement
Décès de Pierre Willm, l’un des pères du bathyscaphe

Focus

Décès de Pierre Willm, l’un des pères du bathyscaphe

Science et Environnement
Histoire Navale

Alors qu’il allait fêter ses 92 ans, l’ingénieur français du génie maritime Pierre Willm s’est éteint, a-t-on appris en fin de semaine dernière. C’était l’un des pères du bathyscaphe, engin qui permit de réaliser les premières plongées humaines à grande profondeur et d'atteindre les points les plus bas des abysses. 

Né le 29 mars 1926 à Argenteuil, Pierre Willm, après avoir étudié au lycée Condorcet à Paris puis avoir intégré Polytechnique, entre en 1948 à l’Ecole du Génie Maritime. Il choisit la marine car celle-ci lui permet notamment, au cours de ses études, de réaliser un tour du monde avec le croiseur Jeanne d’Arc. Diplôme d’ingénieur en poche, en 1951, il rejoint rapidement la Direction des Constructions et Armes Navales (ancêtre de Naval Group) à Toulon. Il y succède à l’ingénieur André Gempp, connu pour son rôle dans les projets de sous-marins français d’après-guerre et le développement du SNLE Le Redoutable.

L'accord franco-belge en 1950

Pierre Willm va lui aussi faire sa carrière dans les objets oeuvrant sur la surface de l’eau, mais sans doute pas de la manière dont il l’avait imaginé au départ. Sa carrière prend un tournant décisif suite à un accord conclu quelques mois plus tôt entre Paris et Bruxelles. En octobre 1950, la Belgique, via son Fonds National de la Recherche Scientifique (FNRS) signe en effet une convention de partenariat avec la France, la Marine nationale et le CNRS étant chargés de reprendre l’aventure des engins d’exploration abyssale entamée dans le plat pays.  

On considère que celle-ci a en fait débuté avec deux Américains, le naturaliste William Beebe et l'ingénieur Otis Barton. Ils conçoivent à la fin des années 20 une sphère de 1.45 mètre de diamètre, suspendue à un câble, qui peut accueillir 2 personnes et accomplit 34 plongées scientifiques entre 1930 et 1934, atteignant la profondeur record pour l’époque de 920 mètres. Sur le même principe de cette « bathysphère », Barton réalise en 1949 un « benthoscope » et atteint les 1370 mètres. Mais l'engin est toujours retenu par un câble.

 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française