Disp POPIN non abonne!
Histoire Navale
Découverte de l’épave du porte-avions USS Lexington

Fil info

Découverte de l’épave du porte-avions USS Lexington

Histoire Navale

Après le croiseur USS Indianapolis en août dernier, l’équipe du milliardaire américain Paul Allen a, cette fois, retrouvé l’épave du porte-avions USS Lexington. Coulé il y a près de 77 ans lors de la bataille de la mer de Corail, le bâtiment gît par 3000 mètres de fonds à environ 800 kilomètres à l’est des côtes australiennes. Il a été découvert le 4 mars par l’équipe, embarquée sur le navire de recherche Petrel, dont les robots télé-opérés ont ramené des images étonnantes des restes du navire, dont des carcasses d’avions TBD Devastator extrêmement bien conservées.

 

 

Mis en service en 1927, l’USS Lexington (CV 2) fut l’un des premiers porte-avions américains. Commandé en 1916, le bâtiment devait être initialement un croiseur de bataille mais a comme son sistership, l’USS Saratoga (CV 3), été converti en porte-avions suite à la signature du traité de Washington (1922) destiné à limiter la course à l’armement naval entre les grandes nations.

Mis sur cale en janvier 1921 et lancé en octobre 1925, le « Lady Lex », comme il était surnommé, mesurait 270 mètres de long pour 33 mètres de large et affichait un déplacement de plus de 48.000 tonnes en charge. Capable de dépasser 33 nœuds et armé comme un croiseur lourd, avec une artillerie principale constituée de quatre tourelles doubles de 203mm, il embarquait près de 2800 marins (groupe aérien compris) et pouvait transporter près de 80 avions.

 

L'USS Lexington en octobre 1941 (©  US NAVY)

L'USS Lexington en octobre 1941 (©  US NAVY)

 

Rescapé du raid japonais sur Pearl Harbor, qu’il avait quitté deux jours plus tôt afin de convoyer une quinzaine d’avions vers l’île de Midway, le CV 2 fut coulé le 8 mai 1942. Le Lady Lex avait été envoyé avec le Yorktown pour tenter de contrer l’invasion de la Nouvelle-Guinée et des Salomons par les forces nippones. Les appareils des deux bâtiments parvinrent à couler le porte-avions léger Shoho et à gravement endommager le porte-avions lourd Zuikaku. Mais l’aéronavale japonaise trouva le Yorktown et le Lexington. Le premier fut endommagé alors que le second, touché à plusieurs reprises et victime de graves explosions, fut considéré comme perdu. 216 marins périrent et l’évacuation du bâtiment fut ordonnée. Toujours à flot, le porte-avions fut coulé par l’un de ses destroyers d’escorte, l’USS Phelps, afin d’empêcher son éventuelle capture.

 

US Navy / USCG