Défense
Défense rapprochée: Sofresud mise sur l’œil humain, toujours inégalé

Actualité

Défense rapprochée: Sofresud mise sur l’œil humain, toujours inégalé

Défense

Ces 20 dernières années, les désignateurs « Quick Pointing Device » (QPD) de l’entreprise française Sofresud ont apporté des performances élevées pour protéger les navires dans les scénarios de défense rapprochée où les systèmes automatisés pouvaient avoir des difficultés de détection (cibles rapides à basse altitude, furtives de faible section radar ou situées à terre). Ils ont progressivement assuré la dernière ligne de défense d’une dizaine de marines dont celles de la France, du Royaume-Uni, de l’Italie, de l’Arabie Saoudite, de la Norvège, de la Malaisie ou encore de l’Egypte.  

Aujourd’hui, le développement des menaces asymétriques constitue un enjeu majeur pour les opérations navales. Or, explique-t-on chez Sofresud, « les systèmes de commandement et de contrôle (C2) s’avérent insuffisants pour traiter efficacement ce type de menaces car une désignation par le système de combat (CMS) n’est pas compatible avec la réactivité exigée par ce contexte ».

En bout de chaîne, les moyens de défense rapprochée de type canons télé-opérés doivent donc être directement sous contrôle d’opérateurs humains pour permettre des réactions d’autodéfense d’urgence en quelques secondes. En effet, si les armes télé-opérées disposent d’une Optronique de Tracking (OT), leur champ de vision limite la perception globale de l’environnement et du contexte, alors que l’acquisition de la cible n’est pas aussi rapide et facile qu’avec une vision directe d’un opérateur.

Dans cette perspective, Sofresud a développé un nouveau désignateur naval portable, l’« Intuitive Pointing Device » (IPD). « Cette innovation unique au monde, brevetée en France comme à l'international, apporte désormais cette capacité supplémentaire qui faisait défaut aux systèmes d’armes télé-opérés : d’une part en complétant plus largement le champ de vision de leur optronique intégrée, et d’autre part, en fournissant instantanément la pré-désignation (coordonnées 3D précises et imagerie jour/nuit) de cibles aériennes, maritimes ou terrestres directement au canon ou à un système surface-air à très courte portée. Ces armes bénéficient ainsi de la réactivité de ralliement accrue qui leur est nécessaire pour être parfaitement efficaces dans les délais impartis ».

 

 

L'IPD

L'IPD (© SOFRESUD)

 

Opéré par action réflexe d’un opérateur disposant d’un large champ de vision, l’IPD joue donc un rôle décisif pour raccourcir la chaîne décisionnelle au strict minimum, dans les situations les plus critiques, en s'appuyant sur la performance de l’œil et du cerveau humain, agissant en vue directe de la menace.

Ce désignateur innovant, développé avec le soutien de la Direction Générale de l’Armement, a remporté en 2018 son premier contrat avec la marine française. Il va ainsi équiper les frégates du type La Fayette. Une expérimentation est également prévue en ce début d’année sur un patrouilleur français.

En dehors des unités de premier rang, l’apport capacitaire qu’offre l’IPD constitue en effet un atout très important pour les petits bâtiments. Plusieurs marines ont ainsi montré un très vif intérêt pour ce système, particulièrement adapté pour les vedettes et patrouilleurs ne disposant pas de conduite de tir, ni de système de combat.