Construction Navale
DEME : Deux navires dual-fuel en construction

Actualité

DEME : Deux navires dual-fuel en construction

Construction Navale

Le chantier naval hollandais Royal IHC a mis à l’eau le 10 novembre la plus grande drague à désagrégateur du monde. Baptisée Spartacus, elle est destinée au groupe belge DEME. Ce navire de 164 mètres de long pour 45 mètres de large affichera une puissance de 44.180 kW. Conçu dès l’origine pour être équipée d’une propulsion dual-fuel, en l’occurrence fournie par Wärtsilä, le Spartacus est équipé de quatre moteurs (HFO, MDO et GNL) 46DF à 9 cylindres, deux moteurs 20DF à 8 cylindres et un système de stockage et d’alimentation en GNL Wärtsilä LNGPac. Les hélices, arbres et propulseurs latéraux sont aussi produits par l’industriel finlandais.

 

Mise à l'eau de la drague Spartacus (© DEME)

Mise à l'eau de la drague Spartacus (© DEME)

Rendu final de la drague (© ROYAL IHC)

Rendu final de la drague (© ROYAL IHC)

 

Cette solution de propulsion a par ailleurs également été choisie par DEME pour équiper le futur navire de pose Orion, en construction en Chine chez Cosco. Ce navire de 216.5 mètres de long, avec une capacité DP3, pourra accueillir 132 personnes. Il disposera d’une grue capable de supporter des charges allant jusqu’à 3000 tonnes à 50 mètres de hauteur. Sur de plus petits chargements, comme des nacelles d'éoliennes, la hauteur pourra atteindre 170 mètres. Il est prévu pour à la fois transporter et manipuler des composants d’éoliennes offshore, des fondations aux pales. Un outil qui sera intéressant pour l’armement belge qui profite du marché important des énergies marines en Europe. Le mois dernier, DEME a sécurisé un nouveau contrat sur ce segment. Il sera chargé d’installer 94 fondations et autant de machines de 8 MW SiemensGamesa pour les champs Borssele 1 et 2 aux Pays-Bas (752 MW au total). Tout comme la drague Spartacus, l’Orion, en achèvement à flot, doit être livré en 2019.

 

Futur navire de pose Orion (© DEME)

Futur navire de pose Orion (© DEME)

Mise en place du chateau de 2000 tonnes de l'Orion, le mois dernier (© DEME)

Mise en place du chateau de 2000 tonnes de l'Orion, le mois dernier (© DEME)