Défense
Déminage : 3500 Toulonnais à évacuer

Actualité

Déminage : 3500 Toulonnais à évacuer

Défense

Les plongeurs démineurs de la Marine nationale procèderont, aujourd'hui, à la neutralisation d'une bombe découverte à Toulon sur le chantier du nouvel hôpital militaire Saint Anne 2000 de Toulon. Un périmètre de sécurité de 400 mètres sera mis en place, l'opération nécessitant par ailleurs l'évacuation de 3500 habitants du quartier. L'engin explosif, datant de la seconde guerre mondiale, a été découvert lundi, à l'emplacement d'une future crèche. Un périmètre de sécurité de 50 mètres a immédiatement été mis en place. L'hôpital a pris toutes les mesures individualisées nécessaires pour évacuer ses patients vers d'autres établissements ou les ramener à domicile. Seul le service de réanimation, qui a été protégé, continuera de fonctionner.
Cette opération nécessite la coordination de plusieurs intervenants. L'Unité d'Instruction et d'Intervention de la Sécurité Civile n°7 de Brignoles est chargée de réaliser un merlon, écran de protection en cas d'explosion. Les Travaux Maritimes, maître d'oeuvre du chantier sur lequel a été découvert l'engin, ont géré avec la société Lafarge l'approvisionnement des quelques 70 tonnes de sable nécessaire à la construction du merlon. Le déminage est quant à lui confié au groupe des plongeurs démineurs de la Méditerranée, la bombe se trouvant en zone militaire.
Durant de second conflit mondial, le port de Toulon a subi des bombardement intensifs après l'invasion de la zone libre par les Allemands, en novembre 1942 (*). Bien que l'essentiel des Force de Haute Mer se soit sabordée à cette occasion, Allemands et Italiens utilisèrent la base navale pour leurs propres unités, notamment sous-marines. C'est pourquoi, à partir de 1943, le port fut pilonnée sans relâche, jusqu'au débarquement de Provence, en août 1944.
_____________________________________________

(*) A cette occasion, 90 navires furent sabordés, dont les croiseurs de bataille Dunkerque et Strasbourg, le cuirassé Provence, les croiseurs lourds Dupleix, Foch, Colbert et Algérie, ainsi que les croiseurs légers La Galissonnière, Jean de Vienne et Marseillaise.

Marine nationale