Marine Marchande

Actualité

Démolition : 290 navires partent à la casse en trois mois

Marine Marchande

Du 5 avril au 1er juillet, pas moins de 290 navires ont pris la direction des chantiers de démolition, selon les comptes réalisés par Robin des Bois. « Le rythme s'est accéléré par rapport au premier trimestre avec 22 navires par semaine. Tant en nombre qu'en tonnage, l'Inde avec 116 navires (40%) reste la destination numéro 1 », note l'association, qui remarque le retour en force des chantiers turcs. Avec 51 navires sur cette période de trois mois, la Turquie (18%) prend la seconde place devant la Chine et ses 43 navires (15%), le Bangladesh, (24, 8%) et le Pakistan (23, 8%). En tonnage de ferrailles à recycler, l'Inde précède la Chine, le Bangladesh, le Pakistan et la Turquie. Cette dernière a traité des navires de petite taille, essentiellement des ferries et des transporteurs de marchandises diverses. « Le couple sidérurgie/démolition y fonctionne. Les navires ne sont plus démolis sur les plages. Le principe est de démolir à sec. Si l'arrière de l'épave reste à l'eau, les pollutions éventuelles sont retenues par des barrages. La casse se fait sur du dur et les déchets liquides peuvent être collectés », explique Robin des Bois.

Les tankers toujours en tête

Les tankers (pétroliers, chimiquiers et transporteurs de gaz) constituent toujours la première catégorie à partir à la démolition (85 sur la période et un volume de 650.000 tonnes, soir 40% du métal recyclé). L'association note, à juste titre, que seulement 35 de ces tankers sont des navires à simple coque d'un âge moyen de 32 ans alors qu'il n'est que de 26 ans pour les navires à double coque, double fond ou double parois. « Un signe peut être que la difficulté de l'entretien de ces derniers raccourcit leur carrière ». Selon les statistiques, le démantèlement des porte-conteneurs, (25, 9%), des vraquiers, (20, 7%) et des rouliers (16,6%) régresse, sans doute en raison de la reprise du trafic maritime et d'une certaine pénurie de bateaux pour faire face à la demande. En tout, 73 navires transporteurs de marchandises diverses sont sortis de flotte, parmi lesquels 30% sont âgés de plus de 40 ans. Robin des Bois rappelle, par ailleurs, qu'au Bangladesh, la Cour Suprême a suspendu les autorisations de beaching suite à une nouvelle action de l'ONG Bangladesh Environmental Lawyers Association (BELA) qui demande le respect des standards environnementaux et sociaux. En conséquence, aucun navire n'a été échoué à Chittagong.
_______________________________________________

- Voir l'intégralité du bulletin de Robin des Bois