Défense
Mission Jeanne d’Arc: 10ème départ

Reportage

Mission Jeanne d’Arc: 10ème départ

Défense

Dix ans déjà que l’ancien porte-hélicoptères et bâtiment école de la Marine nationale, récemment déconstruit à Bordeaux, réalisait ses dernières campagnes d’application et qu’une première mission reprenant son nom se préparait afin d’assurer la relève. C’était en 2009/2010.

 

L'ancienne Jeanne d'Arc en 2009 (© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

L'ancienne Jeanne d'Arc en 2009 (© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

Ce lundi 25 février, la 10ème édition de la mission Jeanne d’Arc a débuté avec l’appareillage, à Toulon, du porte-hélicoptères amphibie (PHA, ex-BPC) Tonnerre et de la frégate La Fayette. Le départ des deux bâtiments a été précédé par une cérémonie présidée par le général François Lecointre, chef d'état-major des Armées. 

 

(© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

(© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

(© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

(© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

 

(© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

(© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

A bord, en plus des équipages (200 marins pour le Tonnerre et 150 pour le La Fayette), 130 officiers en formation (79 enseignes de vaisseau dont 8 étrangers, 36 officiers sous contrat long, 8 commissaires des armées d’ancrage marine, 7 officiers étrangers invités en cursus « extérieur »). S’y ajouteront une cinquantaine de stagiaires présents sur de courtes périodes.

 

(© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

(© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

La frégate La Fayette quittant Toulon ce 25 février (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

La frégate La Fayette quittant Toulon ce 25 février (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

 

Le PHA Tonnerre quittant Toulon ce 25 février (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

Le PHA Tonnerre quittant Toulon ce 25 février (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

 

 

En plus de cette mission de formation à la mer, le groupe Jeanne d’Arc constitue également, comme à chaque fois depuis 2010, une force contribuant aux missions opérationnelles des armées françaises et pouvant intervenir en cas de besoin sur les théâtres traversés.

A cet effet, le Tonnerre embarque sa batellerie (engins de débarquement de types EDAR et CTM), ainsi qu’un groupe tactique embarqué (GTE) de l’armée de Terre, fort de 150 soldats et leurs véhicules, y compris des blindés. Il s’agit d’éléments du 21ème RIMa et du 1er REG. S’y ajouteront, jusqu’à Djibouti, deux hélicoptères Gazelle de l’aviation légère de l’armée de terre (ALAT) complétant l’Alouette III de l’escadrille 22S de l’aéronautique navale qui effectuera toute la mission.

 

 

Cette année, le PHA et sa frégate d’escorte ne navigueront pas jusqu’en Asie, où va se rendre le groupe aéronaval emmené par le porte-avions Charles de Gaulle (voir notre article sur la mission Clemenceau).

Le Tonnerre et le La Fayette vont traverser la Méditerranée pour rejoindre l’Egypte, où un exercice amphibie se déroulera en mars. Le groupe poursuivra en mer Rouge et participera à d’autres manœuvres de débarquement à Djibouti. En avril, les bâtiments évolueront au large des côtes est-africaines, avec une escale prévue à Madagascar, où se tiendra un exercice de gestion de crise humanitaire. Ils navigueront ensuite dans le canal du Mozambique, permettant au passage de réaffirmer la souveraineté française sur les îles Eparses.

Puis, après une nouvelle escale, cette fois en Afrique du sud, le groupe Jeanne d’Arc gagnera le Brésil en mai, avec là encore un exercice amphibie au programme. Il remontera en juin vers les Antilles, où les bâtiments français s’entraineront avec les forces néerlandaises afin d’entretenir le retour d’expérience né des opérations conduites à Saint-Martin suite au passage de l’ouragan Irma en 2017. Le Tonnerre et le La Fayette sont ensuite attendus en Colombie, puis au Mexique et aux Etats-Unis, où un exercice est programmé avec l’US Marine Corps. A cette occasion, l’embarquement sur le PHA d’un convertible américain MV-22 Osprey est prévu. Ce sera ensuite l’heure du retour vers la France avec une traversée transatlantique entrecoupée normalement d’une escale aux Açores. Avant de regagner Toulon, le groupe Jeanne d’Arc sera engagé en Méditerranée occidentale dans la « Guerre OE », qui clôturera la formation des officiers élèves par une série d’exercices complexes interarmées et interalliés. A cet effet, la participation de deux hélicoptères espagnols Cougar est notamment programmée.

 

(© MARINE NATIONALE)

(© MARINE NATIONALE)

 

Marine nationale