Défense
Dernière ligne droite pour la déconstruction de l'ex-Clémenceau

Actualité

Dernière ligne droite pour la déconstruction de l'ex-Clémenceau

Défense

Le démantèlement de l'ancien porte-avions de la Marine nationale devrait bien s'achever, comme prévu, cet été. Aux chantiers Able UK d'Hartlepool, en Grande-Bretagne, la déconstruction de la coque va bon train depuis la découpe de la première tôle, en novembre dernier. « Le chantier avance bien et, au mois de mai, plus de la moitié de la coque était déconstruite », explique-t-on à l'état-major de la Marine nationale.
A ce jour, le vieux Clem aurait perdu plus de 100 mètres de coque à l'avant et 50 mètres sur l'arrière, sa longueur totale étant de 265 mètres. Malheureusement, aucune photo du chantier n'est disponible, Able UK souhaitant protéger son savoir-faire.
On sait cependant que, les travaux de désamiantage étant achevés (à l'exception des locaux inaccessibles désamiantés au fil de la démolition), le rétrécissement de la coque avance à vive allure. La découpe est actuellement menée simultanément à l'avant et à l'arrière. L'îlot et la mâture feront partie des derniers ensembles traités, de même que la propulsion, qui était abritée dans des caissons blindés.
Pour mémoire, l'ex-Clémenceau a été admis au service actif en 1961 et désarmé en 1997. Après une tentative ratée de la faire déconstruire en Inde, la coque, portant le numéro Q790, était revenue en Europe au printemps 2006. A l'issue d'un appel d'offres, sa déconstruction a été confiée en juin 2008 à Able UK. Remorqué, le Q790 est arrivé sur place en février 2009. Depuis, le chantier fait l'objet d'un processus de suivi initié par ministère de la Défense pour veiller à ce que la déconstruction réponde au cahier des charges fixé et ne présente pas de risque pour les personnes et l'environnement.

Marine nationale