Défense
Dernière refonte M51 en vue pour les SNLE français

Actualité

Dernière refonte M51 en vue pour les SNLE français

Défense

Le Téméraire entrera cette année en grande refonte afin d’adopter le nouveau missile balistique M51. Il s’agit du dernier sous-marin nucléaire lanceur d’engins français à mettre en œuvre le M45, mis service avec Le Triomphant en 1996. Alors que Le Terrible, quatrième SNLE de cette série, a rejoint la flotte en 2010 directement au nouveau standard, ses trois aînés sont progressivement mis à niveau à Brest. Non seulement par l’intégration du M51, mais aussi la modernisation du système de combat et des équipements, en particulier les sonars.

Livré en 2004, Le Vigilant a été le premier à bénéficier de cette opération, qui a duré 30 mois (dont 21 en cale sèche) et a nécessité 4 millions d’heures de travail pour DCNS et ses sous-traitants, 1100 personnes étant impliquées dans les travaux.  Alors que la remise en service du bâtiment est intervenue en 2013, Le Triomphant a vu sa refonte débuter la même année et sera, bientôt, de nouveau opérationnel, le chantier ayant légèrement glissé pour des raisons budgétaires.

 

Le Triomphant à l'Ile Longue (© : MARINE NATIONALE)

Le Triomphant à l'Ile Longue (© : MARINE NATIONALE)

 

Restera donc Le Téméraire (1999), dont la mise à niveau, prévue pour débuter vers la mi-2016, a semble-t-il été elle aussi décalée, la remise en service du sous-marin n’intervenant probablement pas avant 2019 au lieu de 2018 comme initialement prévu.

On notera d’ailleurs qu’à l’avenir, les périodes d’indisponibilité périodique pour entretien et réparations (IPER) des SNLE français devraient être étalées de 21 à 30 mois, là aussi en raison des questions financières.

En plus de la rénovation des plateformes, la Force océanique stratégique voit également ses vecteurs modernisés. Ainsi, la mise en service de la nouvelle version du M51 est prévue cette année. Connue sous le nom de M51.2, cette version du missile est spécialement adaptée aux nouvelles têtes nucléaires océaniques (TNO), plus performantes que les actuelles TN75. La puissance de la TNO est donnée à 100 kilotonnes.

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française