Défense
Des animaux chez les marins

Actualité

Des animaux chez les marins

Défense

Contrairement à l'armée de l'Air, sur la base d'Avord, l'aéronautique navale n'a pas investi dans des lamas pour tondre la pelouse. Néanmoins, la marine emploie elle-aussi, sur ses bases, différents animaux. Depuis le mois de mars, un fauconnier est affecté en permanence à Lann-Bihoué, dans le Morbihan. Disposant de quatre rapaces, il a pour objectif de faire fuir les oiseaux constituant un danger pour la quinzaine d'avions basés sur la BAN (Atlantique 2, Hawkeye, Falcon 50 et Xingu). « La méthode, qui a été employée sur la base aérienne de Villacoublay, est très efficace et a montré des résultats significatifs en quelques années. Il s'agit de supprimer le phénomène d'accoutumance des oiseaux, de détecter leur fonctionnement et leurs habitudes », explique-t-on à Lann-Bihoué. Les faucons ne chassent pas en un clin d'oeil tous les oiseaux, habitués à la zone depuis longtemps. Il s'agit d'un travail de longue haleine mais un moyen naturel semble-t-il plus adapté, sur le long terme, que les dispositifs mécaniques. Ainsi, le « tonne fort », qui produit des détonations sensées effrayer les oiseaux, est non seulement bruyant, mais moins efficace dans la durée, les volatiles finissant par s'y habituer.

Les moutons quittent Hyères mais restent à Landivisiau

Dans un tout autre domaine mais toujours en matière d'animaux, à Hyères, on a eu recours, il y quelques années, à des moutons pour brouter l'herbe. Mais, après une étude très sérieuse, il s'est avéré que les ovidés posaient plus de problèmes qu'ils n'en résolvaient. Leurs déjections provoqueraient en effet l'apparition de vers attirant les oiseaux. Du coup, la BAN du Var a décidé de cesser cette expérience, la tonte écologique ne pouvant mettre en péril la sécurité aérienne. Deux fois par an, un agriculteur vient désormais faucher l'herbe et récupère les bottes de foin, qu'il paye à la marine. A Landivisiau, en revanche, l'emploi limité de moutons d'Ouessant est toujours d'actualité. Il y a là un bélier, quatre brebis et trois agneaux. Ces animaux sont cantonnés à l'entretien des espaces verts autour de la centrale électrique, une méthode écologique et économique bien pratique, car cette zone comporte des buttes, plus difficiles d'accès pour les tondeuses.

Aéronautique navale | Toute l'actualité des aéronefs et flottilles de la marine