Divers
Europe : Des drones pour surveiller les côtes et émissions des navires

Actualité

Europe : Des drones pour surveiller les côtes et émissions des navires

Divers

Il s’agit d’une expérimentation grandeur nature. Après un appel d’offres passé au printemps, l’Agence européenne de sécurité maritime vient d’annoncer les lauréats de deux marchés, représentant en tout 67 millions d’euros, visant à la mise en place de drones de surveillance sur les côtes européennes.

Le premier lot porte sur des drones à large capacité, dont les missions iraient de la surveillance des abords maritimes, à celui des pollutions marines et de l’environnement côtier en général. Il a été attribué à l’association entre le groupe portugais Tekever et le français CLS (filiale du CNRS, de l’Ifremer et de la société d’investissement Ardian).

Le deuxième lot porte sur des drones capables de contrôler les émissions de navire, notamment leur taux de soufre. Ce marché a été attribué à trois acteurs : d’une part l’association entre l’armée de l’air portugaise et ses compatriotes UAVISION et Deimos ; d’autre part au néo-zélandais Altus et enfin au britannique Martek Marine.

Evaluer l'intérêt des Etats européens pour ce type de surveillance

Ces drones, dont la technologie doit maintenant être éprouvée sur le terrain, seront mis à disposition des Etats-Membres désireux de tester cette technologie. « Nous allons dans un premier temps évaluer l’intérêt des Etats membres de l’Union européenne », explique Leander Bal, directeur des opérations de l’AESM, « pendant une période de deux ans, les entreprises retenues mettront à disposition, à la demande, des drones qui pourront être testés par les autorités locales ».

En plus de vérifier la pertinence des mesures et des observations réalisées par les drones, cette période d’expérimentation sera également nécessaire pour mettre en place le cadre légal entourant leurs actions. « Il faut notamment que les Etats prévoient les autorisations de vol dans leur législation. Ainsi que le régime de la preuve qu’apportera le drone : sa mesure ne pourra être la seule pour établir une infraction vis-à-vis d’un navire. Il s’agira davantage d’un élément de renseignement et de ciblage pour les inspecteurs des états du port ».

Les premiers survols pourraient avoir lieu dès le premier trimestre 2017, notamment dans les zones SECA de contrôle des émissions de soufre. Les drones pourraient également être utilisés dans le cadre des missions de Frontex.

 

Les différents usages des futurs drones européens (EMSA)

Les différents usages des futurs drones européens (EMSA)