Défense
Des pirates attaquent le bâtiment hydro-océanographique Beautemps-Beaupré

Actualité

Des pirates attaquent le bâtiment hydro-océanographique Beautemps-Beaupré

Défense

Le bâtiment hydro-océanographique français Beautemps-Beaupré a fait l'objet, jeudi dernier, d'une attaque de pirates. En mission dans l'océan Indien, le navire se trouvait à 180 nautiques à l'Est de Mogadiscio lorsque trois bateaux suspects ont été repérés par l'équipage. Il y avait là un bateau-mère et deux esquifs de pirates. Ces deux embarcations rapides se sont approchées du bâtiment blanc de la Marine nationale, le prenant probablement pour une unité civile. Mais les pirates ont été contraints de renoncer à l'abordage en raison de l'intervention des fusiliers marins présents à bord. « Le Beautemps-Beaupré a procédé aux sommations d'usage, par radio, moyens sonores et visuels, avant que l'équipe de protection embarquée (EPE) ne doive procéder à des tirs de semonce pour repousser les pirates déterminés à monter à bord à l'aide d'échelles mobiles », explique l'Etat-major des Armées.

Interception des pirates par le Nivôse (© : EMA)
Interception des pirates par le Nivôse (© : EMA)

Bateau mère (© : EMA)
Bateau mère (© : EMA)

Bateau mère (© : EMA)
Bateau mère (© : EMA)

Bateau mère et un esquif (© : EMA)
Bateau mère et un esquif (© : EMA)

Renonçant à attaquer, les deux esquifs ont rejoint leur bateau-mère, alors qu'un message d'alerte était immédiatement transmis par le Beautemps-Beaupré à tous les navigateurs et aux forces internationales patrouillant au large de la Somalie. Dès réception de l'alerte, l'état-major de l'opération européenne Atalante a ordonné à la frégate française Nivôse, située à 150 nautiques de la zone, de faire route vers le lieu de l'attaque. L'hélicoptère Panther embarqué sur le bâtiment a permis de pister les pirates jusqu'à l'arrivée de la frégate.
Le 5 mars au petit matin, une intervention combinée a été menée par le Panther et deux embarcations rapides du Nivôse. Onze pirates se sont alors rendus et ont été transférés sur le navire français. Plus tard dans la journée, la frégate recevait l'ordre de rejoindre un autre secteur, à 90 nautiques du premier, où des pirates avaient également été signalés. Arrivé sur zone, le Nivôse a neutralisé trois navires évoluant dans une même configuration que ceux interceptés dans la matinée - un bateau mère et deux skiffs d'assaut - et capturé 11 individus qui ont été pris en charge à son bord. Continuant sur sa lancée, le Nivôse, en coopération avec d'autres unités d'Atalante, a capturé 13 pirates supplémentaires samedi et dimanche, portant son tableau de chasse à 35 pirates, 4 bateaux-mères et 6 esquifs.

Interception des pirates (© : EMA)
Interception des pirates (© : EMA)

Marine nationale