Histoire Navale
Des vestiges de la construction de la base de Lorient sur la plage de Plouhinec

Actualité

Des vestiges de la construction de la base de Lorient sur la plage de Plouhinec

Histoire Navale

Des rails posés sur des traverses en bois sur la plage de Kervegant à Plouhinec, dans le Morbihan. Une découverte pas vraiment surprenante pour les anciens qui se souviennent du sable et des galets extraits et transportés dans des wagonnets pour construire la base sous-marine de Lorient par les Allemands, pendant le Seconde Guerre mondiale. Pierre Larboulette avait 10 ans à l’époque, il se souvient…

Lundi 4 janvier, à marée basse, un promeneur découvre des rails posés sur des traverses en bois, sur la plage de Kervegant. Pour la plupart des habitants de Plouhinec, la présence de ces vestiges peut paraître insolite sur la laisse de mer. Cette découverte n’est pourtant pas surprenante pour les plus anciens. Certains se souviennent de l’époque où le sable et les galets, extraits pour construire la base sous-marine de Lorient, étaient transportés dans des wagonnets, entre le port du Magouër et Port Louis.

Des souvenirs bien précis

Pierre Larboulette avait une dizaine d’années, lorsque la base sous-marine de Lorient était en construction. C’était la guerre. Des souvenirs d’enfance de cette époque qui restent encore très présents dans sa mémoire. « Le sable était prélevé sur les plages d’Erdeven. Il était transporté ensuite jusqu’au port d’Etel, puis traversait la ria sur des barges. Après avoir été débarqués à Plouhinec, dans le port du Magouër, les sédiments étaient transportés dans un petit train, constitué d’une locomotive et de wagonnets comme ceux des mines de charbon. Les convois empruntaient une ligne, construite dans les dunes avant la guerre pour l’arsenal de Gâvres. Au passage, les chargements étaient complétés par des galets ramassés, non loin de chez moi, au Magouëro. Un quai avait été édifié à cet effet. Les trains rejoignaient ensuite l’étang de Kerzine jusqu’au Linès à Plouhinec avant de se diriger vers Port Louis ».

 

Une photographie des rails, prise en 2009. Ces derniers réapparaissent parfois après les tempêtes. (Jo Le Floch)

Une photographie des rails, prise en 2009. Ces derniers réapparaissent parfois après les tempêtes. (Jo Le Floch)

Un plan de la ligne, reconstitué en 2015, après le recueil de plusieurs témoignages. (Mémoires de Plouhinec)

Un plan de la ligne, reconstitué en 2015, après le recueil de plusieurs témoignages. (Mémoires de Plouhinec)

 

Des rails qui réapparaissent seulement après les tempêtes

Sur le front de mer, la ligne utilisée lors de la construction de la base sous-marine, n’est plus visible aujourd’hui. Elle était implantée sur le massif dunaire et elle a totalement disparu sous le sable. Un plan de cette ligne avait été dessiné en 2015 pour illustrer une revue rédigée par des Plouhinécois à l’occasion du 70e anniversaire de l’armistice. Et c’est ainsi que l’association Mémoires de Plouhinec a vu le jour.

Un article de la rédaction du Télégramme

Lorient