Offshore
Désarmement du navire de forage GSF Explorer, retraité de la CIA

Actualité

Désarmement du navire de forage GSF Explorer, retraité de la CIA

Offshore

C’est peut-être l'une des plus incroyables histoires d’espionnage du monde maritime. Le navire de forage GSF Explorer, ex-Glomar Explorer, a été mis à la retraite après une carrière pour le moins particulière.

Le « projet Jennifer »

Son histoire commence avec le naufrage, en mars 1968, du K-129, un sous-marin lance-missiles balistiques (à propulsion conventionnelle) soviétique du type Golf II, en patrouille de dissuasion nucléaire dans l’océan Pacifique. La CIA apprend rapidement l’existence de cette épave et déploie de gros moyens pour la localiser. Elle équipe ainsi l'USS Halibut de moyens de détection sophistiqués, qui permettent de retrouver, durant l’été 1968, le K129, reposant par 5000 mètres de fond, à environ 2500 km d’Hawaï.

La CIA décide alors de lancer le projet Jennifer, visant à récupérer l’épave, pouvant contenir de nombreux renseignements sur la cryptographie ou la balistique nucléaire soviétique. Plusieurs méthodes de relevage sont étudiées, à cette époque où l’industrie offshore commençait à prendre son essor. On finit par choisir la solution de la traction de l’épave à l’aide d’une gigantesque pince métallique.

Une fois cette décision actée, il faut trouver un outil naval adapté et, surtout, sa couverture. La CIA prend donc contact avec le milliardaire Howard Hughes en lui demandant de faire construire un navire de forage pétrolier, dont les spécifications permettraient d’effectuer la mission de relevage du K-129.

Echec partiel de l’opération

C’est chose faite assez rapidement, puisque le Glomar Explorer  (186 mètres de long) et sa barge sortent de chantier en 1973 et sont positionnés au-dessus de l’épave en juillet 1974. La pince métallique réussit à atteindre le K-129 mais casse au moment de son relevage, brisant le sous-marin en deux. On parvient tout de même à remonter un morceau du bâtiment, contenant deux torpilles dotées de têtes nucléaires et le système de cryptographie, ainsi que les dépouilles de plusieurs marins.

Une autre mission devait être relancée dans les mois suivants mais elle n’eut jamais lieu en raison de fuites sur l’opération. Des documents, visiblement trouvés lors du cambriolage d’une entreprise en Californie, décrivant précisément la correspondance entre la CIA et Howard Hughes sur le navire, sont publiées dans la presse américaine en 1975, obligeant le président Gérald Ford à se justifier devant les Soviétiques. Sa couverture ayant été exposée, le Glomar Explorer est désarmé.

Devenu le GSF Explorer, il sera transformé en navire de forage en 1997, rejoindra les côtes d’Afrique puis sera racheté en 2010 par Transocean, son ultime propriétaire. 

Offshore | Toute l'actualité des plate-formes énergétiques