Marine Marchande
Desserte de la Corse : La justice doit se prononcer aujourd'hui

Actualité

Desserte de la Corse : La justice doit se prononcer aujourd'hui

Marine Marchande

Le tribunal administratif de Bastia doit se prononcer aujourd’hui sur le recours déposé par Corsica Ferries et la Compagnie Méridionale de Navigation. Dénonçant une discrimination entre les compagnies, les deux sociétés estiment que l’appel d’offres pour la desserte de l’Ile de Beauté favorise la SNCM. Elles demandent, en conséquence, son annulation, alors que les collectivités locales doivent désigner le délégataire de service public avant la fin du mois. La desserte de la Corse sera assortie d’une subvention annuelle de 90 millions d’euros. Dans le même temps, la CMN et son actionnaire majoritaire (jusqu’ici), Stef-TFE, ont déposé un appel devant le tribunal de Paris. La semaine dernière, la Société Nationale Corse Méditerranée a, en effet, remporté une première bataille contre la CMN, compagnie avec laquelle elle est liée depuis 14 ans pour la desserte de la Corse et dont elle possède 45% du capital.

Prise de contrôle de la Méridionale

Mardi, le tribunal de Commerce de Paris a ordonné à l’autre actionnaire de la « Méridionale », Stef-TFE, de céder à la SNCM 35% de ses parts, ce qui permettra à cette dernière de posséder 80% de la CMN, une fois le feu vert de Bercy donné. Suite à la privatisation de la compagnie publique, fin mai, la CMN avait créé la surprise en s’alliant avec Corsica Ferries, concurrent de la SNCM, pour desservir la Corse. Après l’élaboration d’un dossier commun entre les deux sociétés en vue de remporter l’appel d’offres, la SNCM a donc porté l’affaire devant les tribunaux pour rupture du pacte d’actionnaires et gagné contre Stef-TFE. Après l’accord du ministère des Finances sur la prise de contrôle de la CMN, un comité d’experts devra déterminer la valeur exacte des actifs repris par la SNCM. Forte de 450 salariés, la Méridionale arme trois ferries, les Scandola, Kalliste et Girolata. Elle transporte, chaque année, plus de 200.000 passagers entre la Corse et le continent. A noter que l'appel déposé contre la cession de parts par Stef-TFE n'est pas suspensif. Le jugement du tribunal peut donc être appliqué.

Corsica Linea (ex-SNCM)