Marine Marchande
Desserte de la Corse : Les élus confirment leur projet de compagnie régionale

Actualité

Desserte de la Corse : Les élus confirment leur projet de compagnie régionale

Marine Marchande

A chaque jour son nouveau lot d’évènements sur le trafic Corse-continent et l’héritage de la SNCM. Depuis la mi-février, les positionnements des uns et des autres se précisent. Ainsi Patrick Rocca, patron de MCM (devenue Maritima Ferries) et repreneur de la SNCM, a-t-il confirmé, le 18 février, être devenu officiellement propriétaire de la flotte de l’ex-compagnie. Une transaction confirmée dans un jugement du tribunal de commerce de Marseille du 25, qui met en outre fin aux rumeurs faisant état d’une situation financière délicate pour la nouvelle structure de Patrick Rocca. Le tribunal écrit ainsi que « la situation financière semble évoluer de façon favorable avec une trésorerie prévisionnelle excédentaire tant fin février que fin mars ».

Rocca devient actionnaire de Corsica Maritima

Dans le même temps, Patrick Rocca et François Padrona, patron du consortium Corsica Maritima (qui exploite les liaisons de Corsica Linea), ont officialisé leur projet de rapprochement. Patrick Rocca devient actionnaire de Corsica Maritima et va siéger à son conseil d’administration.

Par ailleurs, le tribunal de commerce de Marseille, saisi par les syndicats de Maritima Ferries et les administrateurs de l’ex-SNCM, doit se prononcer aujourd’hui sur la légalité de l’exploitation de la ligne Marseille-Bastia de Corsica Linea. Une clause de non-concurrence se trouvant dans l’ensemble des projets de reprise a en effet été soulevée par les demandeurs.

Une compagnie régionale avant l'été?

Du côté des élus nationalistes corses, majoritaires à l’assemblée territoriale, le rapprochement de deux structures, toutes deux originaires de l’île, est vu d’un bon œil. Ils comptent même aller plus loin dans cette démarche de régionalisation de la desserte de la Corse, puisqu’ils ont lancé, le 25 février, une étude de faisabilité d’une compagnie maritime publique-privée (via une société d’économie mixte détenue à 51% par les pouvoirs publics). Une démarche appuyée par l’Office des Transports de la Corse, qui organise avec la Collectivité Territoriale la desserte de l’île au travers de la délégation de service public. Par la voix de son président, Jean-Félix Acquaviva, l'OTC pointe la nécessité « d’un retour des navires à la collectivité ».

Les élus ont peu de temps puisque les dossiers pour l’obtention de la future DSP doivent être bouclés à l’été. Si nouvelle compagnie il doit y avoir, elle devra être prête à ce moment-là.

Corsica Linea (ex-SNCM)