Divers
Détournement du Ponant : La France renforce ses moyens navals au large de la Somalie

Actualité

Détournement du Ponant : La France renforce ses moyens navals au large de la Somalie

Divers

La France a décidé de renforcer ses moyens navals au large de la Somalie, où les 32 membres d'équipage du Ponant sont retenus en otage. Selon nos informations, le transport de chalands de débarquement Siroco a appareillé hier soir de Toulon pour rejoindre l'océan Indien. La frégate antiaérienne Jean Bart, qui devait rentrer en métropole à l'issue d'un déploiement dans la region, a quant à elle été maintenue sur zone dans le cadre du dispositif mis en place après l'abordage du Ponant. Dans le même temps, le porte-hélicoptères Jeanne d'Arc, navigant actuellement entre Madagascar et Djibouti dans le cadre de la campagne d'application des officiers de marine, se tiendrait prêt à intervenir. Le Ponant est, pour sa part, toujours au mouillage au sud de la Somalie. La Jeanne permettra aux autorités françaises, en cas de besoin, de s'appuyer sur une unité plus importante que l'aviso Commandant Bouan, un petit navire certes très armé, mais dépourvu d'hélicoptère et aux capacités d'hébergement limitées. Avec la Jeanne, les militaires français disposent d'une plateforme mobile embarquant des hélicoptères Aloutette III de la marine et Puma et Gazelle de l'armée de Terre. Elle est, de plus, dotée d'installations hospitalières importantes, qui permettront d'accueillir, le cas échéant et dans de bonnes conditions, les marins du Ponant.

 Le pont d'envol de la Jeanne d'Arc (© : MARINE NATIONALE)
Le pont d'envol de la Jeanne d'Arc (© : MARINE NATIONALE)

 La Jeanne embarque des Gazelle de l'armée de terre (© : MARINE NATIONALE)
La Jeanne embarque des Gazelle de l'armée de terre (© : MARINE NATIONALE)

Partie de Brest en décembre dernier pour campagne annuelle avec les élèves officiers, la Jeanne d'Arc, escortée par la frégate Georges Leygues, a d'abord croisé en Amérique du nord et en Amérique latine avant de rejoindre le continent africain. Après une escale à Mayotte, le porte-hélioptères avait rejoint Madagascar fin mars avant d'amorcer son retour vers la métropole.

 Le porte-hélicoptères Jeanne d'Arc (© : MARINE NATIONALE)
Le porte-hélicoptères Jeanne d'Arc (© : MARINE NATIONALE)

 La Jeanne d'Arc et le Georges Leygues (© : MARINE NATIONALE)
La Jeanne d'Arc et le Georges Leygues (© : MARINE NATIONALE)

La mobilisation de ces moyens, très lourds, ne signifie toutefois pas qu'un assaut contre le Ponant est imminent. Le gouvernement privilégie avant tout les négociations pour éviter de mettre en danger l'équipage du Ponant. Mais les tractations pourraient durer, comme l'a expliqué ces derniers jours Bernard Kouchner, ministre des Affaires Etrangères. C'est pourquoi, la Jeanne ne pouvant rester dans le secteur très longtemps (Elle est attendue en Turquie le 27 avril), le transport de chalands de débarquement Siroco a quitté la France hier. Ce bâtiment, doté d'un grand hôpital de 55 lits et d'une plateforme avec hangar pour quatre hélicoptères lourds, devrait arriver sur zone dans une grosse dizaine de jours. Il permettra de relever la Jeanne, au cas où le Ponant serait encore aux mains des pirates.
Le voilier de luxe a été détourné vendredi dernier dans le golfe d'Aden par une dizaine d'hommes armés. Appartenant à la compagnie de croisière CIP, filiale du groupe CMA CGM, il revenait sans passager des Seychelles et transitait vers la Méditerranée.

 Le TCD Siroco (© : MARINE NATIONALE)
Le TCD Siroco (© : MARINE NATIONALE)

Piraterie dans le monde | Actualité du brigandage maritime Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française