Défense
Deux bâtiments israéliens à Toulon
ABONNÉS

Actualité

Deux bâtiments israéliens à Toulon

Défense

Cela fait partie des bateaux qu’on ne pensait probablement jamais voir dans un port français. Hier après-midi, et c’est une grande première, la marine israélienne a fait son entrée dans la base navale de Toulon. Une visite entourée de la plus grande discrétion, ce qui est habituel avec les unités de Tsahal, dont les navires ne portent même pas de numéros de coque permettant de les distinguer facilement.  

Ces deux bâtiments sont la corvette Eilat et le patrouilleur Kidon, tous deux mis en service en 1994.

 

La corvette Eilat lors de son arrivé à Toulon hier ( © MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

La corvette Eilat lors de son arrivé à Toulon hier ( © MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

L’Eilat est l’une des trois corvettes du type Saar V, bâtiments aux lignes furtives de 85 mètres de long pour 12 mètres de large et environ 1300 tonnes de déplacement en charge. Capables de dépasser les 30 nœuds, ces unités construites aux Etats-Unis sont particulièrement puissantes. Elles peuvent mettre en œuvre 8 missiles antinavire Harpoon et disposent d’un système surface-air Barak (64 missiles), un système multitubes Phalanx, de l’artillerie légère et des tubes lance-torpilles. Ces corvettes ont également été récemment équipées du C-Dome, version navale du système de missiles anti-roquettes israélien Iron Dome (Dôme de Fer), produit par Rafael. Les Saar V disposent aussi d’un hangar pour un hélicoptère de type Panther.

 

 

La corvette Eilat lors de son arrivé à Toulon hier ( © MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

La corvette Eilat lors de son arrivé à Toulon hier ( © MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

Plus petit, mais lui aussi lourdement armé, le Kidon est l’un des 8 patrouilleurs lance-missiles du type Hetz, qui ont été réalisés en Israël. Long de 62 mètres pour une largeur de plus de 7 mètres et un déplacement de près de 500 tonnes en charge, il peut dépasser les 30 nœuds. Son armement comprend 8 Harpoon, un système Barak (32 missiles), un canon de 76mm, un Phalanx, de l’artillerie légère et éventuellement des torpilles.

 

Le patrouilleur Kidon lors de son entrée à Toulon hier ( © MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le patrouilleur Kidon lors de son entrée à Toulon hier ( © MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

 

Le patrouilleur Kidon lors de son entrée à Toulon hier ( © MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le patrouilleur Kidon lors de son entrée à Toulon hier ( © MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

L’Eilat et le Kidon vont rester plusieurs jours à Toulon, avec au-delà des échanges avec la Marine nationale des exercices apparemment prévus au large avec la flotte française.

On ne connait pas la raison exacte de la présence de ces deux unités en Méditerranée occidentale. Très occupée à protéger les eaux israéliennes et à surveiller la Méditerranée orientale, la marine israélienne ne s’aventure généralement pas de l’autre côté de la Grande Bleue, si ce n’est lorsqu’il s’agit de convoyer des bâtiments construits en Allemagne, comme c’est le cas de tous les sous-marins israéliens. Le troisième et dernier Dolphin II, le Dakar, doit d’ailleurs être livré cette année.

Il est réalisé comme ses aînés à Kiel, où a également débuté en février dernier la construction de la première des quatre nouvelles corvettes israéliennes du type Saar VI.

Israël