Défense
Deux missiles tirés sur un destroyer américain au large du Yémen

Actualité

Deux missiles tirés sur un destroyer américain au large du Yémen

Défense

Après l’attaque du navire rapide HSV Swift le 1er octobre, c’est le destroyer américain USS Mason qui a été la cible de missiles au large des côtes yéménites. Du type Arleigh Burke, le puissant bâtiment, attaqué dimanche dernier en début de soirée, a utilisé face à la menace ses systèmes de contre-mesures. « Les deux missiles ont touché l'eau avant d'atteindre le navire. Il n’y a pas de blessé et aucun dommage », a indiqué à l’agence Reuters un porte-parole du Pentagone. Ce dernier a précisé que l’attaque s’était produite en mer Rouge, juste au-dessus du détroit de Bab el-Mandeb, au large d’une zone contrôlée par les rebelles Houtis. Soutenus par l’Iran, ces derniers combattent les forces fidèles au président Hadi, retranché à Aden et appuyé par une coalition arabe menée par l’Arabie saoudite. Les Houtis avaient revendiqué l’attaque contre le HSV Swift, ancienne unité de la flotte américaine exploitée depuis 2015 par une compagnie des Emirats Arabes Unis et qui, selon la coalition arabe, effectuait des missions humanitaires au profit des populations yéménites.

Cette seconde attaque en une semaine laisse craindre une dégradation des conditions de sécurité au sud du Yémen et dans la région de Bab el-Mandeb, qui relie la mer Rouge et l’océan Indien. C’est par ce mince détroit stratégique que passe l’une des principale route maritime mondiale, avec en particulier les flux conteneurisés entre l’Asie et l’Europe, un part importante du trafic d’hydrocarbures et même des paquebots qui, à l’instar des navires marchands, naviguent dans la zone la plus étroite à une dizaine de kilomètres seulement de la côte yéménite.

US Navy / USCG