Marine Marchande
DFDS renonce au renouvellement de la DSP Dieppe-Newhaven

Actualité

DFDS renonce au renouvellement de la DSP Dieppe-Newhaven

Marine Marchande

DFDS Seaways a finalement décidé de ne pas postuler au renouvellement de la  délégation de service public pour la ligne Dieppe – Newhaven. Auparavant exploitée par le département de la Seine-Maritime, cette liaison, ainsi que les moyens associés (les ferries Côte d’Albâtre et Seven Sisters, les équipages et sédentaires soit environ 200 personnes), fait depuis 2007 l’objet d’un contrat de DSP signé à l’époque avec LD Lines. Cette filiale de Louis Dreyfus Armateurs s’est rapprochée l’an dernier de DFDS, la DSP normande faisant partie des actifs apportés par la compagnie française à la société conjointe détenue en majorité par l’armement danois.  

 

 

Nouveau contrat à partir du 1er janvier 2015

 

 

D’une durée de 7 ans, le contrat, qui arrive à terme le 31 décembre prochain, fait l’objet d’un nouvel appel d’offres pour son renouvellement à partir du 1er janvier 2015. Alors que les plis doivent être ouverts la semaine prochaine pour une prise de décision au printemps, les candidats avaient jusqu’au 30 janvier pour déposer leur offre. « DFDS Seaways considère ne pas être en mesure de satisfaire les conditions posées aujourd’hui par le Conseil Général et ses propres exigences d’exploitation. Toutefois, DFDS Seaways reste attaché à la poursuite de l’exploitation actuelle de cette ligne et au partenariat noué avec le Conseil Général qui a fait ses preuves au cours des dernières années. Nous restons attentif à tout développement et nous tenons à la disposition éventuelle du syndicat mixte », se contente d’expliquer dans un communiqué la compagnie, qui ne souhaite pas faire d’autre commentaire.  

 

 

Un nouveau contrat plus corsetant pour l’opérateur

 

 

On peut néanmoins imaginer que DFDS a peut-être été refroidi par l’évolution du marché, qui passe d’un contrat d’affermage, où le délégataire, bien que tenu de rendre des comptes au Conseil général, dispose d’une grande liberté dans la gestion et l’exploitation de la ligne et de ses moyens, ainsi que la stratégie commerciale. Une situation qui va changer puisque le nouvel appel d’offres porte sur la création d’une régie intéressée, ce qui revient à une cogestion entre l’opérateur et la collectivité locale.  Un schéma à priori moins flexible pour les opérations et plus lourd en matière d’achats puisqu’il imposerait la passation de marchés publics, empêchant de fait la massification des approvisionnements au sein d’un groupe, ce qui est traditionnellement la stratégie de DFDS afin de mieux rentabiliser, au travers d’économies d’échelle, les différentes lignes qu’il exploite. Alors que l’on sait la DSP entre Dieppe et Newhaven structurellement déficitaire, d’où d’ailleurs son maintien par une délégation de service public, cette nouvelle approche du Conseil général dans la gestion de la ligne a peut être eu une incidence sur les projections de l’actuel délégataire en termes de viabilité du service. On rappellera à ce propos que le marché s’est révélé trop étroit pour permettre l’exploitation des deux ferries appartenant au Conseil général dans des conditions économiquement raisonnables. Seul l’un d’eux, actuellement le Côte d’Albâtre, effectue donc les rotations entre Dieppe et Newhaven. Le second est quant à lui soit désarmé, soit affrété avec l’accord du Département sur d’autres lignes de DFDS. Ce sera le cas à compter du mois de mars, lorsque le Seven Sisters remplacera entre Le Havre et Portsmouth le Norman Voyager, dont l’affrètement est repris par Brittany Ferries.

 

 

MyFerryLink seule en course 

 

 

Pour en revenir au renouvellement de la DSP, le retrait de DFDS ne laisse plus en course, à priori, que MyFerryLink, qui a postulé à la reprise de la délégation. La société coopérative créée par d’anciens salariés de SeaFrance suite à la liquidation de cet armement entend, en effet, compléter et développer son activité, pour le moment concentrée sur la liaison Calais – Douvres. Il conviendra de voir si sa proposition est retenue par le Département de la Seine-Maritime où si l’appel d’offres est déclaré infructueux, ce qui imposerait de relancer la procédure de marché public, peut-être alors avec un cahier des charges différent. 

DFDS Seaways Louis Dreyfus Armateurs