Marine Marchande

Actualité

Dieppe - Douvres : Le torchon brûle entre P&O et LD Lines

Marine Marchande

P&O Ferries accuse le Syndicat Mixte de Promotion de l'Activité Transmanche d'attribuer des aides d'Etat à LD Lines dans le cadre de la liaison ouverte en février entre Dieppe, Douvres et Boulogne. Cette rotation est assurée par un navire de LD Transmanche Ferries, compagnie exploitée par LD Lines dans le cadre d'une délégation de service public. Cette DSP, assortie d'une aide publique annuelle de 14 millions d'euros, est entrée en vigueur en 2007 sur la liaison Dieppe - Newhaven. Cette ligne est exploitée par deux ferries, dont la construction a été financée par le Conseil général de Seine-Maritime (qui exploitait lui-même la ligne avant la DSP). Mais le contrat autorise également le délégataire à proposer des services annexes, ce qui est le cas pour Dieppe - Douvres - Boulogne. De plus, précise-t-on chez au sein du groupe Louis Dreyfus Armateurs (maison mère de LD Lines), le ferry est affrété par LD Lines sur cette rotation, le Conseil général étant donc payé pour l'exploitation du bateau.

« Vaines polémiques, aussi infondées que préjudiciables »

Alors que P&O souhaite apparemment entamer un recours contre ce qu'il considère comme une concurrence déloyale, LDA a vivement réagi, parlant de « vaines polémiques, aussi infondées que préjudiciables ». Le groupe a apporté des précisions sur les attaques faites, « sans préjuger de la réponse qui sera donnée par le SMPAT ». Selon l'armement français l'aide « accordée par le département de Seine Maritime pour l'exploitation d'une ligne transmanche au départ de Dieppe a été notifiée aux autorités compétentes, tant en France qu'à l'échelon européen, conformément aux législations en vigueur. Toutes les autorités concernées ont apporté leur agrément à cette aide d'Etat, qualifiée de délégation de service public ».
LDA répond également à l'argumentaire de P&O, qui évoque les reproches d'emploi de fonds publics pour soutenir la ligne, faits par la Cour régionale des Comptes. « Les conclusions de ce rapport portent sur une période antérieure à l'attribution de la DSP à LD Lines. C'est justement devant l'importance des fonds publics nécessaires au fonctionnement de cette ligne que le Conseil général de Seine Maritime a cherché un opérateur privé pour limiter le recours au financement public. La DSP commencée en mars 2007 avec LD Lines permet d'ailleurs une économie de plusieurs dizaines de millions d'euros sur 8 années ».

Louis Dreyfus Armateurs