Construction Navale
Disparition de Georges Jézéquel

Actualité

Disparition de Georges Jézéquel

Construction Navale

C'est une figure du monde maritime local qui s'est éteinte. Ancien patron des Chantiers navals Jézéquel, à Carantec (Finistère), Georges Jézéquel est décédé à l'âge de 92 ans, ce dimanche 20 août, à l'Ehpad de Plouvorn. 

Plus connu sous le diminutif de « Jojo », il était entré, en 1936, à l'âge de 12 ans, comme apprenti au sein de l'entreprise où travaillait son père, Alain, qui était associé au charpentier de marine Eugène Moguérou. D'emblée, il participa à la construction d'Anahita, le bateau sur lequel Louis Bernicot, natif de l'Aber Wrac'h, effectua, de 1936 à 1938, un tour du monde en solitaire dans le sens inverse des aiguilles d'une montre en parcourant 32.000 milles en 21 mois. En 1952, Georges Jézéquel prend la direction des Chantiers Jézéquel, situés au port de Carantec, rue Neuve. Durant plusieurs décennies, de nombreux bateaux vont sortir de son atelier, jusqu'à son départ à la retraite en 1985 et la reprise de l'affaire par son fils, Alain.

Régatier assidu

Passionné de pêche en mer, « Jojo » Jézéquel était également un féru de régate. Il avait d'ailleurs remporté le Télégramme Tresco Trophée en 1985 à bord de son fameux Reder Noz, un J25 qu'il avait lui-même dessiné et construit. 26 ans plus tard, en 2011, son bateau s'était à nouveau imposé. Une fierté pour Georges Jézéquel, d'autant plus qu'à la barre, se trouvait son petit-fils, Jean-Marie, qui a d'ailleurs perpétué la tradition familiale en prenant les rênes des Chantiers Jézéquel, désormais installés à Saint-Martin-des-Champs, en octobre dernier.

Un article de la rédaction du Télégramme