Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Disparition du vol d’EgyptAir : La marine française mobilisée

Défense

(Actualisé le 20/05 à 17h) La Marine nationale contribue avec plusieurs unités à la vaste opération internationale de recherche et de sauvetage engagée hier après la disparition du vol MS 804 en Méditerranée orientale. Le contact radar avec l’Airbus A320, qui effectuait une liaison entre Paris et Le Caire, a été perdu à 2h39 du matin, environ 10 minutes après son entrée dans l’espace aérien égyptien. En mer et dans les airs, de très importants moyens ont été mobilisés dans le cadre des recherches, en particulier par l’Egypte et la Grèce, mais aussi d’autres pays, comme les Etats-Unis, la Turquie et la France. Sans oublier de nombreux navires de commerce déroutés vers la zone présumée de l’accident, qui se situe à environ 130 milles de l’île grecque de Karpathos.  

 

(© LE TELEGRAMME)

(© LE TELEGRAMME)

 

Côté français, un Falcon 50 de l’aéronautique navale, qui était parti de Hyères afin d’effectuer une mission de surveillance au profit de l’opération européenne Sophia de lutte contre les réseaux de migrants au large de la Lybie, a été dérouté dans la matinée vers le secteur où le MS 804 a disparu. L’appareil a volé plus de quatre heures et a détecté plusieurs objets flottants, qui doivent être identifiés pour savoir s’ils appartiennent à l’avion. De nombreuses informations contradictoires se sont d'ailleurs succédées toute la journée quant à la découverte de débris et leur appartenance à l’A320 d’EgyptAir. Ce vendredi après-midi, les autorités égyptiennes, qui coordonnent les recherches via leur Joint Rescue Coordination Center (JRCC), ont annoncé la découverte, à environ 290 km au nord d'Alexandrie, de débris de l'avion, d'effets personnels de passagers et de restes humains. 

 

L'aviso Enseigne de Vaisseau Jacoubet (© MARINE NATIONALE - T. CLAISSE)

L'aviso Enseigne de Vaisseau Jacoubet (© MARINE NATIONALE - T. CLAISSE)

Atlantique 2 (© MARINE NATIONALE)

Atlantique 2 (© MARINE NATIONALE)

 

Un Atlantique 2 et l'EV Jacoubet envoyés sur zone

Du côté des moyens français, après le Falcon 50, c'est un avion de patrouille maritime Atlantique 2 qui a pris le relais ce vendredi. Offrant une autonomie nettement plus importante, cet appareil a décollé dans la nuit d'Hyères et est arrivé au petit matin à La Sude, en Crète. De là, il doit voler jusqu'à ce soir dans la zone de recherche. Par ailleurs, le bâtiment collecteur de renseignement Dupuy de Lôme, qui évolue en Méditerranée et était pressenti pour participer aux opérations, devrait finalement poursuivre sa mission initiale. L'aviso Enseigne de Vaisseau Jacoubet a, en revanche, quitté en début d'après-midi ce vendredi la base navale de Toulon pour mettre le cap sur l'Egypte. Le bâtiment, attendu sur place d'ici lundi, a embarqué un renfort médical et du matériel, ainsi qu'un renfort de la Cellule Plongée Humaine et Intervention Sous la Mer (CEPHISMER). Cette unité de la Marine nationale, qui offre notamment des compétences pour la récupération en mer d’épaves et d’enregistreurs de vol, était intervenue suite au crash du Boeing 737 de Flash Airlines au large de la ville égyptienne de Sharm el-Sheikh, en janvier 2004. Dans le cas présent, la profondeur de la mer dans la zone de recherche (3000 mètres) est trop importante pour les robots de la CEPHISMER mais l'expertise de ses équipes peut être très précieuse. Enfin, on rappellera que la France a également dépêché en Egypte une équipe d’experts du Bureau d’enquête et d’analyse pour la sécurité de l'aviation civile (BEA). 

En tout, 66 personnes se trouvaient à bord du vol MS 804 d’EgyptAir, dont 56 passagers : 30 Egyptiens, 15 Français, 2 Irakiens, un Algérien un Britannique, un Belge, un Canadien, un Koweitien, un Portugais, un Saoudien, un Soudanais et un Tchadien. 

 

Marine nationale