Défense
Dissuasion : 25 milliards en cinq ans pour le renouvellement des deux composantes
ABONNÉS

Actualité

Dissuasion : 25 milliards en cinq ans pour le renouvellement des deux composantes

Défense

Le budget 2020 du ministère des Armées annonce la mobilisation d’une enveloppe de 25 milliards d’euros entre 2019 et 2023 (dont 4.7 milliards l’année prochaine) dans le cadre des programmes de renouvellement des deux composantes de la dissuasion nucléaire française. La France aura ainsi, en cinq ans, mené une part importante de l’effort budgétaire nécessaire à la succession de ses quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) du type Le Triomphant, au développement d’un nouveau missile balistique intercontinental, ainsi qu'à la modernisation du missile air-sol moyenne potée ASMPA mis en œuvre par les Rafale de l’armée de l’air mais aussi ceux de la Marine nationale embarqués sur le porte-avions Charles de Gaulle. Les engagements se poursuivront dans les années qui suivront pour mener à bien les programmes en cours.

La composante océanique verra la construction d’une troisième génération de SNLE destinée à remplacer nombre pour nombre les sous-marins actuels (Le Triomphant, Le Téméraire, Le Vigilant et Le Terrible), mis en service entre 1996, 1999, 2004 et 2010. Tous ont déjà été modernisés, en particulier les trois premiers, adaptés à la mise en œuvre du missile M51, qui dispose maintenant des nouvelles têtes TNO succédant aux TN75. Une nouvelle version du missile balistique français, le M51.3, doit voir

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française