Défense
Dissuasion : F. Hollande détaille sa vision et l’arsenal français

Actualité

Dissuasion : F. Hollande détaille sa vision et l’arsenal français

Défense

Trois lots de 16 missiles balistiques pour les sous-marins et 54 vecteurs aéroportés, avec en tout 300 têtes nucléaires. Hier, sur la base aérienne 125 d’Istres, le président de la République a détaillé les moyens des forces nucléaires françaises. Et il a appelé les autres nations nucléaires à faire preuve de la même transparence en précisant les volumes dont elles disposent pour chaque catégorie d’armes. François Hollande les a également appelées à suivre l’exemple de la France en cessant la production de matières fissiles ainsi que les essais nucléaires, auxquels se sont substitués des outils de simulation.

« Le temps de la dissuasion nucléaire n’est pas dépassé »

Ces déclarations sont intervenues au cours d’un discours consacré à la dissuasion, exercice que réalise au moins une fois dans son mandat chaque président de la République. Il s’agit notamment de confirmer ou infléchir la doctrine et la posture françaises en la matière. En l’espèce, il n’y a guère d’évolution. « Le temps de la dissuasion nucléaire n’est pas dépassé », a dit président, insistant sur le fait que « la réapparition d’une menace étatique majeure ne peut être exclue » et assurant que « dans un monde dangereux, et il l’est, la France n’entend pas baisser la garde ».

Rappelant qu’elle n’avait « pas sa place dans une stratégie offensive » mais demeure un outil purement défensif visant « à protéger notre pays de toute agression étatique contre ses intérêts vitaux », François Hollande considère que la dissuasion assure au pays « sa liberté d’action et de décision en toute circonstance », tout en servant à « garantir les engagements internationaux de la France ». Le chef de l’Etat, qui a redit sa conviction que la force de frappe nucléaire constitue « la garantie ultime de notre sécurité »,

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française