Défense
Dissuasion : Les fondamentaux, le désarmement et l'avertissement nucléaire

Actualité

Dissuasion : Les fondamentaux, le désarmement et l'avertissement nucléaire

Défense

A l'occasion de la présentation du sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) Le Terrible, vendredi dernier à Cherbourg, le chef de l'Etat a fait le point sur la doctrine française en matière de dissuasion. Devant plusieurs milliers de personnes, Nicolas Sarkozy est, tout d'abord, revenu aux fondamentaux. Evoquant le lancement du Redoutable, « ici-même, en 1967 », par le général de Gaulle, le président a confirmé le rôle de la dissuasion, arme strictement défensive, arme de légitime défense, « assurance vie de la nation contre toute menace d'origine étatique, d'où qu'elle vienne et quelqu'en soit la forme, visant nos intérêts vitaux ».
« Mon premier devoir en tant que chef de l'Etat et chef des armées est de veiller à ce qu'en toutes circonstances, la France, son territoire, son peuple, ses institutions républicaines soient en sécurité. Et qu'en toutes circonstances notre indépendance nationale, notre autonomie de décision soient préservées. La dissuasion nucléaire en est la garantie ultime ». Si, pour Nicolas Sarkozy, le pays ne court aucun risque d'invasion dans les quinze prochaines années, « d'autres menaces pèsent sur notre sécurité. Certains arsenaux nucléaires continuent de s'accroître. La prolifération nucléaire, bactériologique et chimique se poursuit, ainsi que celle des missiles balistiques et de croisière. (...) D'autres pays, en Asie ou au Moyen Orient, développent à marche forcée des capacités balistiques. Je pense en particulier à l'Iran. L'Iran accroît la portée de ses missiles balistiques, alors que de graves soupçons pèsent sur son programme nucléaire. C'est bien la sécurité de l'Europe qui est en jeu ».

Nicolas Sarkozy à Cherbourg, vendredi dernier (© : SERVICE PHOTO ELYSEE - D. NOIZET)
Nicolas Sarkozy à Cherbourg, vendredi dernier (© : SERVICE PHOTO ELYSEE - D. NOIZET)

Les forces nucléaires françaises, « élément clé » de la sécurité de l'Europe

Concernant une future dissuasion européenne, le président s'est montré prudent vis-à-vis de ce que beaucoup d'observateurs considèrent comme un serpent de mer potentiellement séduisant politiquement. En effet, par définition, la dissuasion est l'outil d'un Etat et, par conséquent, elle