Histoire Navale

Actualité

Dixmude : L'hommage au sacrifice des fusiliers-marins

Histoire Navale

Hier, lors de la mise sur cale à Saint-Nazaire du troisième bâtiment de projection et de commandement du type Mistral, l'amiral Forissier est longuement revenu sur le choix du nom du navire. Comme l'a expliqué le chef d'état-major de la Marine nationale, appeler le nouveau BPC « Dixmude » vise à rendre hommage aux fusiliers-marins qui se sacrifièrent au début de la première guerre mondiale en Belgique. L'image en haut de cet article est une aquarelle d'André Lambert tirée du livre « Pages d'Histoire Navale » et illustrant ces combats. En octobre 1914, les troupes allemandes sont sur la rive droite de l'Yser et cherchent à traverser la rivière au niveau de Dixmude pour fondre sur le nord de la France. L'armée belge, martelée, est renforcée par la brigade du contre-amiral Ronarc'h, qui compte deux régiments de fusiliers-marins, soit 6000 hommes. Parmi eux, on comptait 700 apprentis-marins (inscrits maritimes et novices des écoles de la marine de Lorient). En raison de leur âge, certains n'ayant pas encore 17 ans, on les surnommait à l'époque les « demoiselles de la marine » (ou « demoiselles à pompons rouges »). Malgré tout, ils se battirent héroïquement aux côtés de leurs aînés, des soldats belges et des tirailleurs sénégalais. Prévu pour ne durer que quatre jours, leur mission désespérée se déroulera du 18 octobre au 10 novembre, les pertes étant effroyablement élevées.

L'avancée allemande stoppée

Après une lutte acharnée contre des forces allemandes très supérieures, Dixmude tomba, mais la résistance contribua à enrayer l'avancée des armées du Kaiser, qui avaient pour objectif Calais et Dunkerque. « Ils firent face à un ennemi fort de trois corps d'armée et se sacrifièrent. Les fusiliers-marins résistèrent avec un courage admirable. Ces morts héroïques qui reposent en Flandre ne devaient pas uniquement rester dans les livres d'histoire », a déclaré hier l'amiral Forissier, juste avant la pose du premier bloc du BPC Dixmude.
Depuis ces combats, deux unités de la marine ont porté ce nom, en hommage aux fusiliers-marins de Ronarc'h. La première fut un dirigeable Zeppelin, livré par l'Allemagne au titre des réparations pour dommages de guerre. Il fut perdu corps et bien en décembre 1923 suite à une explosion au large de la Sicile. Le nom fut ensuite attribué à un ancien porte-avions d'escorte britannique, transféré en 1945 et désarmé en 1960. Troisième du nom, le BPC Dixmude doit être livré par STX France et DCNS en 2011, son admission au service actif étant prévue l'année suivante. Ce navire sera le sistership des Mistral et Tonnerre, livrés en 2006 et 2007.

Le Dixmude survolant la Corse en décembre 1923 (© : DROITS RESERVES)
Le Dixmude survolant la Corse en décembre 1923 (© : DROITS RESERVES)

Le porte-avions Dixmude (© : MARINE NATIONALE)
Le porte-avions Dixmude (© : MARINE NATIONALE)

Le Dixmude sera le jumeau des Mistral et Tonnerre (© : MARINE NATIONALE)
Le Dixmude sera le jumeau des Mistral et Tonnerre (© : MARINE NATIONALE)

 (© : DROITS RESERVES)
(© : DROITS RESERVES)

Marine nationale