Vie Portuaire
Dominique Bussereau fait le point sur la réforme portuaire

Actualité

Dominique Bussereau fait le point sur la réforme portuaire

Vie Portuaire

Le secrétaire d'Etat aux transports a reçu hier les associations professionnelles intervenant dans le secteur portuaire (*). Il s'agissait de faire un point sur l'avancement de la réforme portuaire, un an après son lancement. Depuis la promulgation de la loi, le 4 juillet 2008, et la parution de ses textes d'application en octobre, un accord-cadre a été signé entre les partenaires sociaux pour accompagner la réforme, et notamment le transfert des activités de manutention au secteur privé. Les nouveaux conseils de surveillance sont en place et les conseils de développement portuaires, associant les personnalités locales et nationales, sont en cours de constitution. Dominique Bussereau a rappelé qu'après l'adoption par les ports de leur projet stratégique, au plus tard en avril, « une phase de négociation s'ouvrira avec les entreprises de manutention pour permettre la mise en place des opérateurs intégrés de terminaux ».

L'Etat injectera 160 millions d'euros dans les places portuaires en 2009

Le secrétaire d'Etat a également souligné que « la réussite de la réforme passait aussi par l'amélioration des dessertes ferroviaires et fluviales des ports ». Le Grenelle de l'environnement fixe d'ailleurs un objectif de doublement de la part de ces modes dans les pré et post-acheminements portuaires. Dominique Bussereau a indiqué que la création d'une autorité de régulation ferroviaire, dans le cadre du projet de loi défendu au Sénat dans les prochains jours, y contribuera, tout comme le développement des opérateurs ferroviaires de proximité.
Il a aussi rappelé que « dans une conjoncture difficile, dans laquelle les ports ont résisté sur l'ensemble de l'année 2008 (trafic en hausse de 0,8% malgré un dernier trimestre en forte baisse), le gouvernement avait entrepris des efforts financiers sans précédents pour les ports, efforts qui seront complétés par une enveloppe de 50 millions d'euros dans le cadre du plan de relance de l'économie. » Au total, cela porte donc à 160 millions d'euros les engagements de l'Etat pour 2009, à comparer aux 70 millions d'euros consentis en 2008.
Pour conclure, le secrétaire d'Etat a réaffirmé à l'ensemble des acteurs économiques « la volonté du gouvernement de conduire cette réforme en tenant compte de la conjoncture, mais sans ralentir : nos ports doivent être compétitifs, lors du redémarrage de l'activité économique ».
_____________________________________

(*) Union Nationale des Industries de la Manutention, Union des ports de France, Fédération des Entreprises de Transport et de Logistique de France, Association des Utilisateurs de Transport de Fret, Armateurs de France, Agents Maritimes et Consignataires de France, Cluster maritime français, Union française des industries pétrolières.

Divers Ports