Défense
Douanes : le Kermorvan part pour une mission en Grèce au profit de Frontex

Actualité

Douanes : le Kermorvan part pour une mission en Grèce au profit de Frontex

Défense

Le patrouilleur Kermorvan, des Douanes, a quitté sa base de Brest pour rejoindre la mer Egée, où il va renforcer les moyens de Frontex, l’agence européenne de garde-frontières et garde-côtes. Cette mission, non programmée, s’inscrit dans le cadre de la demande d'aide formulée par la Grèce auprès de l'Union européenne suite à la décision de la Turquie d’ouvrir sa frontière aux migrants le 28 février. « La France a décidé de répondre à la demande de moyens supplémentaires de Frontex et de participer à cette opération dans la zone gréco-turque, où le Kermorvan va patrouiller », explique-t-on à la Douane.

La décision d’Ankara d’ouvrir sa frontière a provoqué de vives tensions, avec un afflux de milliers de réfugiés qui se sont retrouvés bloqués à la frontière terrestre, mais aussi de nombreuses arrivées dans les îles grecques situées à proximité de la côte turque et qui accueillent déjà des milliers de personnes dans les camps qui y sont installés. L’Union européenne avait immédiatement apporté son soutien à Athènes et annoncé le déploiement de moyens supplémentaires par Frontex (voir notre article du 4 mars). Les 7 mars, les garde-côtes turcs ont annoncé avoir reçu l’ordre de reprendre leurs opérations pour empêcher les migrants de traverser la mer Egée. Mais le président Erdogan maintient la frontière terrestre avec la Grèce ouverte pour faire pression sur l’Europe, réclamant de celle-ci des moyens financiers supplémentaires pour gérer l’accueil de migrants en Turquie et l’exemption de visas pour les citoyens turcs souhaitant se rendre dans l’UE.

 

Le Kermorvan (© MICHEL FLOCH)

Le Kermorvan (© MICHEL FLOCH)

 

Parti mardi de Brest, le Kermorvan va rejoindre la Méditerranée via Gibraltar, puis la traversera pour arriver en Grèce. Un transit qui, selon la météo notamment, devrait prendre huit à dix jours. La mission du navire doit normalement commencer sur zone le 19 mars et s’achever début mai.

C’est la première fois qu’un patrouilleur des douaniers, autre que le Jean-François Deniau basé à Toulon, est déployé au profit de Frontex en mer Egée. Une décision qui découle du fait que le Jean-François Deniau est actuellement en arrêt technique et donc indisponible.

 

Le Jean-François Deniau (© JEAN-LOUIS VENNE)

Le Jean-François Deniau (© JEAN-LOUIS VENNE)

 

Bien qu’un peu moins grand (43 mètres au lieu de 54), le Kermorvan offre des capacités voisines. Ce patrouilleur hauturier mis en service en 2008 dispose de deux semi-rigides d’intervention de 7 et 9 mètres. Equipé de solides moyens de surveillance et de communication, il peut mettre en œuvre deux mitrailleuses de 12.7 mm et deux affûts de 7.62 mm. Le Kermorvan et son sistership le Jacques Oudart Fourmentin (basé à Boulogne-sur-Mer) sont armés chacun par quatre équipages de 16 marins qui se relaient à bord.

En attendant le retour du navire à la pointe Bretagne, les douaniers français vont s’appuyer en cas de besoin sur leurs autres moyens maritimes, notamment les vedettes garde-côtes basées en Atlantique et en Manche.

 

Douane