Défense
Des pêcheurs indonésiens prennent dans leurs filets un drone probablement chinois

Actualité

Des pêcheurs indonésiens prennent dans leurs filets un drone probablement chinois

Défense

Au cœur de l’archipel indonésien, des pêcheurs ont découvert un drone sous-marin soupçonné d’être d’origine chinoise. L’engin, de type glider (planeur sous-marins), mesure un peu plus de 2 mètres de long pour une envergure de 50 centimètres. Selon les media locaux, le drone, trouvé par des pêcheurs le 20 décembre en mer de Florès, au large de l’île de Selayar, a été remis aux autorités pour enquête. Il pourrait s’agir d’un glider chinois Haiyi, dont Pékin a semble-t-il déployé de nombreux exemplaires en océan Indien et dans le Pacifique. Les militaires indonésiens vont notamment regarder de près les capteurs dont l’engin est équipé, de manière à en déduire sa mission.

 

 

Systèmes autonomes offrant une très grande autonomie, de l’ordre de plusieurs semaines voire plusieurs mois, les planeurs sous-marins évoluent selon un trajet programmé et arrivent à un point de récupération prédéfini, pouvant éventuellement transmettre entretemps des données (par liaison radio ou satellite) au fil de leur mission en revenant vers la surface. Les gliders peuvent être équipés de sondeurs pour effectuer des relevés bathymétriques. Ils peuvent également être équipés de capteurs permettant d’analyser l’environnement (température, pression, salinité, turbidité de l’eau). Des données servant notamment de connaitre la topographie et la nature des fonds marins, ainsi que les capacités théoriques des sonars, des renseignements particulièrement utiles pour la navigation des sous-marins et les performances de leurs moyens de détection, tout comme ceux des bâtiments de surface dotés de moyens ASM. Les gliders eux-mêmes peuvent enfin être dotés d’une antenne afin de détecter des indiscrétions acoustiques dans les zones au travers desquelles ils transitent. Ces planeurs sous-marins sont mis en œuvre par plusieurs marines, à commencer par l’US Navy et la flotte chinoise. La marine française a également expérimenté ce type de systèmes et doit s’équiper d’une flottille de gliders dans les années qui viennent.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.